BSC News

 

 

 

           

Philosophie : le virus s'attrape tôtPar Maïa Brami - BSCNEWS.FR / « Il est beaucoup plus facile pour un philosophe d’expliquer un nouveau concept à un autre philosophe qu’à un enfant. Pourquoi ? Parce que l’enfant pose de vraies questions », confiait Jean-Paul Sartre dans un entretien au journal le Monde en 1971. Et si, entrer en philo par le concept n’était pas la meilleure idée ? Jean-Paul Mongin vient de créer sa maison d’édition « Les Petits Platons » Son credo ? « Pour se donner les moyens de penser un bout sur le monde, fréquenter ceux qui ont pensé le monde jusqu’au bout… » Comment ? En mettant en scène Kant, Leibniz, Lao-Tseu, Socrate dans leur quotidien : partir de la personne pour s’initier à sa pensée. L’objet livre, qui surfe sur le roman graphique, séduira aussi bien jeunes lecteurs (dès 9 ans) que collégiens.

Raphaël Enthoven — qu’on ne présente plus — a été d’emblée conquis par l’esprit de la maison, il nous explique pourquoi :

D’où vient votre engouement pour Les Petits Platons ?

En général, dans les collections pour enfants, on simplifie le propos des philosophes. Or, Les Petits Platons sont les seuls à avoir accompli la prouesse de dire simplement des choses compliquées, sans les simplifier. Dans La mort du divin Socrate, par exemple, on trouve de véritables citations de l’Apologie, du Criton et du Phédon, ce qui permet de restituer une ambiance, un ton, une complexité, tout en restant accessible. À mon avis, cette réussite tient pour beaucoup à un bon usage de la narration. Souvent, on présente le débat entre narration et concept comme une alternative, ici non : la narration sert à restituer la singularité d’une pensée. C’est vraiment remarquable. Je n’ai trouvé d’équivalent nulle part. Et puis, j’aime bien l’idée d’aborder la philosophie en incarnant les philosophes eux-mêmes.

Il paraît que vous avez acheté les quatre premiers à votre fils…

Et ça l’a passionné ! Pourtant, il n’a que huit ans et demi. Quand je lui ai lu l’histoire de Lao-Tseu, notamment sa conversation avec Confucius, honnêtement, moi-même, j’avais du mal à tout saisir ! (rires) J’aurais donc été bien en peine de lui expliquer, mais ça ne l’a pas empêché de trouver ça intéressant. J’ai été étonné de constater que l’angle choisi pour aborder les choses les rendent intéressantes, qu’elles soient intelligibles ou pas. Il y a une forme de liberté, on n’est pas obligé de tout comprendre. Avant tout, il s’agit de transmettre un désir, et en ce sens, c’est une vraie réussite !

Seriez-vous tenter de contribuer à cette aventure éditoriale ?
Pour tout vous avouer, je me suis porté candidat, mais je l’ai fait en toute humilité, je ne suis pas sûr d’en être capable ! J’ai proposé d’écrire sur Spinoza, mon bien-aimé !


Pour en savoir plus : un site www.lespetitsplatons.com pour acheter les bouquins en ligne. Bientôt aussi, jeux, surprises et dossiers pédagogiques à télécharger.

Dernière minute

Idées de cadeaux

WEB Lucky Luke Cuisine 300x300 V1

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

A LA UNE

Alfredo Rodriguez : un jazz cubain attaché à l'ouverture

Alfredo Rodriguez : un jazz cubain attaché à l'ouverture

Publication : vendredi 9 décembre 2016 08:39

Par Nicolas Vidal - Tocororo est le nouvel album d’Alfredo Rodriguez, pianiste et compositeur cubain, installé à Los Angeles. Son nouvel album évoque l’oiseau national de Cuba, Tocororo qui prend son envol pour partir à la découverte d’autres cultures et d’autres identités. C’est en substance le projet musical d’Alfredo Rodriguez qui a, pour l’occasion, convié entre autres Ibrahim Maalouf et Richard Bona pour porter ce message. (Crédit photos : Anna Webber )

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Publication : jeudi 8 décembre 2016 09:10

Par Nicolas Vidal - Né pendant la guerre civile au Liban, Jorj A. Mhaya a découvert le pouvoir précieux du dessin. D’abord peintre, puis caricaturiste, illustrateur de presse, il s’est ensuite épanoui dans la bande dessinée. Aujourd’hui, Jorj A Mhaya fait paraître «Ville Avoisinant la terre» (Edition Denoël Graphic), une histoire puissante, fantasmagorique et sensible exprimée comme une parabole de la condition humaine dans un Beyrouth dévasté et fantasmé. Brillant.

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Publication : mercredi 7 décembre 2016 14:17

Par Nicolas Vidal - La librairie Sauramps connaît une situation très préoccupante concernant sa survie. Depuis quelques jours,  des informations inquiétantes se propagent dans les rues de Montpellier et plus précisément dans l’éco-système culturel de la capitale languedocienne. Le groupe Sauramps serait-il menacé de fermeture imminente d’ici le début de l’année 2017 ?

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Publication : mercredi 7 décembre 2016 08:43

Par Nicolas Vidal - Suivez Benjamin Decoin, photographe, dans un voyage passionnant dans l’un des pays les plus hermétiques et fermés de la planète. Le travail de Benjamin Decoin est une passionnante découverte sociologique et géographique au pays de la dynastie des Kim. Antoine Bondaz apporte, pour sa part, son expertise géo-politique de ce pays et des craintes qu’il suscite auprès de la communauté internationale notamment sur sa stratégie nucléaire.

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Publication : mardi 6 décembre 2016 18:21

Par Nicolas Vidal - Suite à la rencontre de Salvador Duran et de Sergio Mendoza de Calexico et son big band ORKESTA MENDOZA est né l’explosif Vamos a Guarachar !

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR