BSC News

 

 

 

           

Le retour de la ComtessePar Martine Bréson - BSCNEWS.FR/Le retour de la Comtesse

La surprise, c'est la jeunesse de l'auteur, Rosalind Elland-Goldsmith, tout juste 29 ans. «J'ai découvert ce livre dans la bibliothèque de ma grand mère» raconte Rosalind.Voilà, tout est dit ou presque : la jeune femme est tombée dans la marmite quand elle était petite et la Comtesse est devenue une obsession. Elle est même tellement fascinée par cet auteur qu'elle la met à toutes les sauces jusqu'à poser ses pas dans les siens. Un jour, elle se lance et elle écrit Les nouvelles petites filles modèles.Comment une jeune femme-auteur peut-elle prendre à ce point le contre-pied des vampires, dragons et sorciers qui inondent depuis quelques années la littérature jeunesse? Petite plongée dans l'univers de Rosalind Elland-Goldsmith qui signe là son premier roman mais sûrement pas le dernier.

Avez vous gommé des choses qui étaient très éloignées de notre monde d'aujourd'hui?
Je n'ai pas gardé l'aspect religieux des romans. J'ai aussi enlevé les châtiments corporels. En réfléchissant à la construction de l'histoire, je me suis dit qu'aujourd'hui, on n'accepte pas de voir des enfants maltraités et qu'on peut facilement faire intervenir les services sociaux. Du temps de la Comtesse, on laissait faire. J'ai trouvé plus subtil de m'orienter vers une cruauté plus psychologique.
On a l'impression que Sophie, avec sa révolte, est le personnage le plus intéressant, le plus proche des filles d'aujourd'hui.

Ce n'est pas comme ça que j'ai réfléchi aux personnages. C'est dans Madeleine, qui a des sentiments plus intérieurs, que je me reconnais. C'est vrai que Sophie est plus complexe, moins lisse. J'ai gardé son problème de boulimie, on sait que la Comtesse de Ségur souffrait elle même de boulimie. Sophie est un personnage complexe, avec de multiples facettes.
On la croyait tombée dans l'oubli, dépassée, absente
.
La Comtesse de Ségur et ses Petites filles modèles ne pouvaient pas avoir de place dans ce monde où internet, les portables, la cigarette, l'alcool, le sexe, envahissent la vie des ados d'aujourd'hui. Erreur ! Selon les éditeurs, les ventes du célèbre roman de la Comtesse sont étonnamment hautes et concernent tous les milieux sociaux. Les ventes de la trilogie de Fleurville auraient progressé de 25% l'année dernière et tous éditeurs confondus Les petites filles modèles se vendent chaque année à près de 20 000 exemplaires.
Les familles ont besoin de revenir aux valeurs traditionnelles et rassurantes expliquent les spécialistes. Beaucoup de parents, surtout des mères, ont aussi envie de passer le relais, de transmettre à leurs filles un livre qu'elles ont lu et aimé dans leur jeunesse, ajoutent-ils.
On comprend pourquoi l'idée de Nouvelles petites filles modèles a séduit Hachette.
Est ce que ce premier tome est une mise en place ?

Je prévois effectivement une montée en puissance dramatique. Il va y avoir de nouvelles ramifications dans l'intrigue. Il va se passer des choses au village qui vont interagir avec de nouveaux personnages. L'action va se densifier.
Les hommes sont absents et on est dans un univers où la mort, le deuil sont des thèmes forts.
Les hommes sont présents par leur absence. On est dans un univers féminin mono parental et j'ai trouvé important de respecter ce thème de la mort présent chez la Comtesse. Mais j'ai d'avantage voulu développer cette notion de deuil. Cela correspond aussi à une expérience personnelle car j'ai perdu mon père quand j'étais enfant.
Les nouvelles petites filles modèles pourraient servir de base pour l'éducation des enfants ?
C'est d'abord un roman pour les enfants même si comme dans l'œuvre de la Comtesse le thème de l'éducation- comment éduquer son enfant- est très présent. Mais ce roman n'est pas du tout un traité d'éducation.
C'est votre premier roman, votre écriture est précieuse, fluide, les mots sont recherchés. Pensez-vous avoir trouvé votre style, votre univers ?
J'ai cette impression. Cette façon d'écrire me ressemble et je crois que j'y resterai attachée.

Dernière minute

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Publicité

bandeau auto editionlight

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Publication : mercredi 7 décembre 2016 14:17

Par Nicolas Vidal - La librairie Sauramps connaît une situation très préoccupante concernant sa survie. Depuis quelques jours,  des informations inquiétantes se propagent dans les rues de Montpellier et plus précisément dans l’éco-système culturel de la capitale languedocienne. Le groupe Sauramps serait-il menacé de fermeture imminente d’ici le début de l’année 2017 ?

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Publication : mercredi 7 décembre 2016 08:43

Par Nicolas Vidal - Suivez Benjamin Decoin, photographe, dans un voyage passionnant dans l’un des pays les plus hermétiques et fermés de la planète. Le travail de Benjamin Decoin est une passionnante découverte sociologique et géographique au pays de la dynastie des Kim. Antoine Bondaz apporte, pour sa part, son expertise géo-politique de ce pays et des craintes qu’il suscite auprès de la communauté internationale notamment sur sa stratégie nucléaire.

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Publication : mardi 6 décembre 2016 18:21

Par Nicolas Vidal - Suite à la rencontre de Salvador Duran et de Sergio Mendoza de Calexico et son big band ORKESTA MENDOZA est né l’explosif Vamos a Guarachar !

Iphigénie en Tauride : la grâce comme rempart à la barbarie

Iphigénie en Tauride : la grâce comme rempart à la barbarie

Publication : mardi 6 décembre 2016 08:25

Par  Olivier Frégaville-Gratian D'Amore - Face à la sauvagerie cruelle des hommes, une voix féminine s’élève poétique et humaniste. Refusant tout compromis, préférant la transparence aux mensonges, elle se livre sans fard dans un plaidoyer vibrant qui touche cœur et raison. En mixant vers et prose de Goethe, Jean-Pierre Vincent livre un spectacle puissant mais bancal qui séduit par l’intensité des mots et déroute par le jeu trop accentué voire burlesque des comédiens.

Premier Contact : Denis Villeneuve vous met en lévitation

Premier Contact : Denis Villeneuve vous met en lévitation

Publication : lundi 5 décembre 2016 18:14

De Florence Yérémian - Louise Banks est une linguiste émérite vivant dans le Montana. Tandis qu’elle donne un cours de langues romanes, un certain Colonel Weber fait irruption dans sa classe et lui demande de le suivre en urgence: douze vaisseaux spatiaux ont atterri à la surface de la terre et personne ne parvient à communiquer avec leurs habitants. Afin de clarifier les intentions de ces nouveaux venus, Louise accepte d’être envoyée à l’intérieur d’un vaisseau en compagnie de Ian Donnely, un physicien théoricien. Tandis que le monde extérieur craint une attaque extra-terrestre ou une contamination biologique, le Docteur Banks conserve un calme étrange et tente d’engager le dialogue…

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR