BSC News

 

 

 

           

Attendre - Sandrine RoudeixPar Harold Cobert - BSCNEWS.FR / Attention, révélation.
Pour son premier coup d’essai en littérature, Sandrine Roudeix frise le coup de maître.
Le propos? Extrêmement simple sans pour autant être simpliste : l’attente de trois personnages à trois époques différentes.
À seize ans, une adolescente attend de rencontrer son père pour la première fois à la terrasse d’un café.
À trente-trois ans, une mère célibataire attend sa fille à la sortie du collège pour lui parler de son père qu’elle ne connaît pas.
À dix huit ans, un jeune homme attend dans les couloirs de la maternité de découvrir l’enfant qu’il a eu « par accident ».
Bien évidemment, chacun de ses trois personnages est la fille, la mère et le père. L’intelligence du livre est, entre autres, grâce à cette structure narrative à trois voix, de nous balader de fausses pistes en conjectures, et, tout en remontant le temps, de construire un suspense autour d’un secret de famille où le salaud n’est pas nécessairement celui que l’on pourrait croire.
D’une certaine manière, ce roman aurait très bien pu s’appeler, au-delà de l’incorrection grammaticale, Nos vies à s’attendre. Mais le titre à l’infinitif retranscrit parfaitement le caractère figé et interminable de toute attente.
La force de ce roman tient tout entier dans celle de son écriture. Photographe de profession, Sandrine Roudeix excelle dans l’art de faire tenir toute une histoire dans un seul cadre. Elle creuse le temps en plan fixe comme un objectif creuse le champ de manière dynamique – et, de là, elle creuse le « chant » mélancolique et le « tant » de ces attentes. Dans son travail de photographe, les clichés de Sandrine Roudeix racontent toujours une histoire. Ici, ces trois histoires autour d’une même histoire figent le temps et le décor dans un triptyque familial et quasi photographique. Même s’il ne se passe que peu de choses en terme d’action présente – et comment pourrait-il en être autrement lorsqu’on écrit sur l’attente ? – l’écriture est vive, rapide, jamais ennuyeuse, riche d’inventions verbales et imagées ayant pour pivot la comparaison concrète, étrangement source de poésie visuelle, plutôt que la métaphore abstraite. Une sorte de vitesse dans l’immobilité, semblable à celle d’un déclencheur ou d’un révélateur photographique, comme une urgence d’en finir avec l’infinitif du titre et ce temps suspendu, pétrifié dans l’incertitude flottante de l’attente.
En conclusion : Attendre est un roman à lire sans plus attendre.

Attendre, de Sandrine Roudeix
Flammarion, 14€

 


Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Publicité

bandeau auto editionlight

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Occitanie : l’état des lieux du livre et de la littérature

Occitanie : l’état des lieux du livre et de la littérature

Publication : vendredi 24 février 2017 15:32

Par Manon Bricard - Quelle est la place du livre en Occitanie ? Deux agences régionales du livre, le Languedoc-Roussillon livre et lecture basée à Montpellier ainsi que le Centre Régional des Lettres Midi-Pyrénées, ont regroupé leurs données pour répondre à cette question. Elles comptent ainsi montrer comment se positionne la filière du livre dans la nouvelle région, afin de l’aider à orienter sa politique en faveur du livre et de la littérature.  

Vakia Stavrou : les turpitudes et les bonheurs de la vie

Vakia Stavrou : les turpitudes et les bonheurs de la vie

Publication : vendredi 24 février 2017 15:46

Par Nicolas Vidal - Vakia Stavrou est chypriote. Cet album Alasia (qui signifie «image de Chypre ») est un projet mélancolique qui aborde toutes les turpitudes et les bons moments de la vie : l’amour, la tristesse, la séparation ou encore l’espoir.  

Les Derniers Parisiens : un portrait de la faune de Paname

Les Derniers Parisiens : un portrait de la faune de Paname

Publication : vendredi 24 février 2017 09:16

De Florence Yeremian - Nasser travaille chez son grand frère Areski dans un bar de Clichy. Mis aux arrêts pour une sale histoire, il vient de passer vingt-quatre mois en prison et a décidé de refaire sa vie. À l'occasion d'une rencontre, il se lance dans l'organisation de soirées DJ persuadé de pouvoir y trouver une échappatoire à sa morne existence. La tête pleine d'espérance mais le cœur candide, il part à la conquête des nuits parisiennes...

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Dernière minute

Publicité

promotiondemonlivrecarrehead

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Syma Mobile

SYMA JAN07

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer