BSC News

 

 

 

           

Jacques Brel tenait là son chef d’œuvre pour notre plus grand bonheur.   Par Alexandre Roussel - BSCNEWS.FR / Une question se pose d’entrée : savait-il qu’il enregistrait son dernier album ? son testament musical ? Car c’est un Brel malade qui arrive en studio à Paris durant l’été 1977 et pourtant rien ne transparaît. Ici point d’aigreurs, de regrets ou de repentances. La marque des hommes au cuir solide et à la vie bien remplie. Brel n’a pas cinquante ans qu’il en a remplie au moins dix. De l’usine de cartonnerie du père aux projecteurs de l’Olympia, des brouillards bruxellois aux alizés tahitiens, du truculent comédien au caboteur des mers du Sud, l’homme est plein de médailles personnelles qu’il est allé chercher au fond de ses tripes. Mais il n’est pas le genre à tergiverser ou se targuer d’un quelconque parcours. Seul le présent compte, nourrit et apaise, surtout quand la dernière peur est proche. Brel est nomade d’esprit mais sédentaire de cœur comme le prouve tous ces merveilleux titres au cours desquels il reste fidèle à tous ses grands thèmes (j’y insère les cinq chansons inachevées de son vivant et que l’on peut retrouver sur la compilation Infiniment sortie en 2003): l’amour avec un petit a (Knokke-le-Zoute Tango), celui avec un grand a (Orly), l’amitié (Voir un ami pleurer, Jojo), la solitude (La ville s’endormait, Avec élégance) la mort (Vieillir), l’exil (La cathédrale, Les Marquises). Le grand Jacques continue également de régler ses comptes avec sa belgitude (Les F., Mai 40) et de louer son ciel païen (Le bon dieu). Au niveau des textes, Brel fait ressortir des mots toute leur noblesse et leur sens. Toutes ces fresques sont, comme toujours, servies par une sublime orchestration. Elle se fait fauviste lorsque la voix du maître est possédée, narquoise quand il flingue, aérienne quand il contemple. De par son contexte, sa sincérité et sa générosité, Jacques Brel tenait là son chef d’œuvre pour notre plus grand bonheur.
L’homme était physiquement en sursis mais son talent, lui, allait prendre perpétuité.
Lien : www.jacquesbrel.be

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

A LA UNE

Lorsque la culture devient l’alibi d’un plan de communication

Lorsque la culture devient l’alibi d’un plan de communication

Publication : jeudi 23 mars 2017 09:34

Par Nicolas Vidal - Réjouissez-vous chers lecteurs car ce 23 mars sera l’occasion de découvrir une facette pour le moins méconnue de l’un des people préférés   des Français. Ainsi, Gad Elmaleh publie une bande dessinée en librairie intitulée «Le Blond» (Editions Michel Lafon) qui retrace l’histoire de son personnage fétiche, joué sur scène depuis une dizaine d’années.

Vincent Peirani : le magicien de l’accordéon

Vincent Peirani : le magicien de l’accordéon

Publication : mardi 21 mars 2017 10:25

Par Nicolas Vidal - L’accordéon a longtemps été considéré comme «le piano du pauvre». L’accordéoniste français Vincent Peirani lui a redonné toute sa noblesse musicale avec la virtuosité qui est la sienne.

Fausto Mesolella : les mots de Stefano Benni

Fausto Mesolella : les mots de Stefano Benni

Publication : mardi 21 mars 2017 09:37

Par Nicolas Vidal - L’artiste italien Fausto Mesolella s’est associé  à l’écrivain Stefano Benni pour ce nouvel album Canta Stefano Benni.

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Dernière minute

Publicité

promotiondemonlivrecarrehead

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Syma Mobile

SYMA JAN07

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer