BSC News

 

 

 

           

Jacques Brel tenait là son chef d’œuvre pour notre plus grand bonheur.   Par Alexandre Roussel - BSCNEWS.FR / Une question se pose d’entrée : savait-il qu’il enregistrait son dernier album ? son testament musical ? Car c’est un Brel malade qui arrive en studio à Paris durant l’été 1977 et pourtant rien ne transparaît. Ici point d’aigreurs, de regrets ou de repentances. La marque des hommes au cuir solide et à la vie bien remplie. Brel n’a pas cinquante ans qu’il en a remplie au moins dix. De l’usine de cartonnerie du père aux projecteurs de l’Olympia, des brouillards bruxellois aux alizés tahitiens, du truculent comédien au caboteur des mers du Sud, l’homme est plein de médailles personnelles qu’il est allé chercher au fond de ses tripes. Mais il n’est pas le genre à tergiverser ou se targuer d’un quelconque parcours. Seul le présent compte, nourrit et apaise, surtout quand la dernière peur est proche. Brel est nomade d’esprit mais sédentaire de cœur comme le prouve tous ces merveilleux titres au cours desquels il reste fidèle à tous ses grands thèmes (j’y insère les cinq chansons inachevées de son vivant et que l’on peut retrouver sur la compilation Infiniment sortie en 2003): l’amour avec un petit a (Knokke-le-Zoute Tango), celui avec un grand a (Orly), l’amitié (Voir un ami pleurer, Jojo), la solitude (La ville s’endormait, Avec élégance) la mort (Vieillir), l’exil (La cathédrale, Les Marquises). Le grand Jacques continue également de régler ses comptes avec sa belgitude (Les F., Mai 40) et de louer son ciel païen (Le bon dieu). Au niveau des textes, Brel fait ressortir des mots toute leur noblesse et leur sens. Toutes ces fresques sont, comme toujours, servies par une sublime orchestration. Elle se fait fauviste lorsque la voix du maître est possédée, narquoise quand il flingue, aérienne quand il contemple. De par son contexte, sa sincérité et sa générosité, Jacques Brel tenait là son chef d’œuvre pour notre plus grand bonheur.
L’homme était physiquement en sursis mais son talent, lui, allait prendre perpétuité.
Lien : www.jacquesbrel.be

Dernière minute

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Publicité

bandeau auto editionlight

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Franz Bartelt : cinquante nuances de Guy

Franz Bartelt : cinquante nuances de Guy

Publication : vendredi 2 décembre 2016 09:51

Par Marc Emile Baronheid - Un maître-queux sybarite propose cette salve époustouflante de nouvelles mitonnées dans la volupté, servies avec un accompagnement carnassier.

Myrddin : le mélange jazz & flamenco belge

Myrddin : le mélange jazz & flamenco belge

Publication : vendredi 2 décembre 2016 09:38

Par Nicolas Vidal  - Du beau et bon Flamenco distillé par Myrdinn qui mérite une écoute attentive et passionnée. Le titre de l’album «Rosa de Papel» est également une chanson de cet album sur le poème de Federico Garcia Lorca.

Elodie Poux : le syndrome du Playmobil qui fait du bien 

Elodie Poux : le syndrome du Playmobil qui fait du bien 

Publication : jeudi 1 décembre 2016 09:45

Par Mélina Hoffmann - Pétillante, énergique, cynique, délicieusement déjantée, subtilement provocante, peste juste ce qu’il faut : Elodie Poux a surtout un style bien à elle et un grain de folie totalement assumé qui fait un bien fou.

Loïc Fontaine : #NoFilter, entre humour noir et rire jaune

Loïc Fontaine : #NoFilter, entre humour noir et rire jaune

Publication : mercredi 30 novembre 2016 08:31

Par Mélina Hoffmann - Vous cherchez un spectacle où ne surtout pas emmener vos enfants ? Alors vous êtes au bon endroit ! 3 minutes suffisent à comprendre le pourquoi du titre : #nofilter. Mais ça aurait tout aussi bien pu être #nolimit, car Loïc Fontaine n’a absolument aucun tabou et il n’édulcore rien.

Nicolas Otero : confessions d'un enragé en BD

Nicolas Otero : confessions d'un enragé en BD

Publication : mardi 29 novembre 2016 08:54

Par Boris Henry - Nicolas Otero signe un récit atypique, foisonnant et inégal, mais d’une énergie et d’une force rares. Prêts à vivre une expérience décoiffante ? Âgé de quatre ans, Liam se fait mordre au visage par un chat.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR