BSC News

 

 

 

           

Spider de Michael Morley un polar qui joue avec vos nerfsPar Méilna Hoffmann - BSCNEWS.FR
« Enfin, l’homme aperçoit la pierre tombale. Simple, en marbre noir. Elle a été payée à l’aide de subventions municipales destinées aux plus démunis. Un nom est gravé en lettres d’or : Sarah Elizabeth Kearney. Mais ce n’est pas ainsi qu’il l’appelait. Pour lui, elle avait toujours été « Chérie » et, pour elle, il avait toujours été « Spider ». Elle avait vingt-deux ans à peine. […]
Chérie était si différente des autres.
Elle a été la première.
La première qu’il ait enlevée.
La première qu’il ait tuée. »


Jack King vit en Italie avec sa femme Nancy, et leur petit garçon de trois ans, Zack. C’est dans un décor idyllique et serein qu’ils proposent les services de leur hôtel-restaurant et mènent une vie paisible depuis qu’une attaque cardiaque avait contraint Jack à mettre un terme à sa brillante carrière de profiler au FBI trois ans plus tôt. La petite famille s’était alors réfugiée en Toscane pour permettre à Jack de se reconstruire, loin des démons du passé et d’un échec qui le hantait…

Car si Jack est parvenu à élucider vingt-neuf affaires de meurtres en série sur les trente qui lui ont été confiées, il en reste une non résolue malgré vingt années de traque acharnée. Celle du « Black River Killer » (BRK), auteur d’une quinzaine de crimes atroces. Ses victimes ? Exclusivement des jeunes femmes. Son mode opératoire ? Garder les corps jusqu’à ce qu’ils commencent à se décomposer, avant de les découper, de répartir les membres dans plusieurs sacs plastiques, et de les jeter dans la Black River. Son rituel ? Conserver une partie du corps de chacune de ses victimes comme trophée.

Spider, ainsi qu’il se surnomme lui-même, se souvient tout particulièrement de son premier crime, celui de Sarah. Il n’a jamais rien laissé au hasard et c’est toujours avec autant de délectation et de jouissance qu’il se remémore la scène de son meurtre… Vingt ans après, la même ivresse s’empare de lui lorsqu’il se revoyait aspirer le dernier souffle de ses victimes afin qu’elles lui appartiennent à jamais…
« Les souvenirs sont exquis. Spider savoure chaque bouchée de son festin psychique. Le souvenir des filles précédentes, surtout la première, lui donne presque autant de plaisir que de penser aux prochaines, à la prochaine ! »

Quatre années avaient passé depuis le dernier meurtre de BRK, et pourtant les crimes de ce serial killer au sadisme sans limite poursuivent toujours Jack dans son sommeil.
Alors même qu’il se décide à entamer une psychothérapie, un nouveau meurtre est commis. En Italie cette fois. Jack aurait pu croire à une coïncidence… si la tête de Sarah, toute première victime de BRK, n’avait été envoyée au FBI à son attention…
Son passé serait-il en train de le rattraper ? Acceptera-t-il de reprendre du service pour venir à bout de cette enquête à laquelle il semble à jamais lié ? Parviendra-t-il à sauver la prochaine victime dont les heures sont déjà comptées ?

Michael Morley, journaliste d’investigation et réalisateur de documentaires multi-récompensé, signe là son tout premier roman, et on ne peut qu’espérer qu’il se jette à corps perdu dans cette nouvelle vocation !
Tous les ingrédients sont réunis pour nous maintenir en haleine tout au long des 428 pages et nous donner la chair de poule ! Certaines scènes de torture sont d’ailleurs décrites d’une telle façon que l’on ressent la douleur parcourir nos membres et que l’on se surprend parfois à détourner le regard comme on le ferait devant une scène insoutenable d’un film.

S’il fallait vraiment trouver un bémol à ce livre, on pourrait lui reprocher une fin peu réaliste et trop prévisible. Pour ma part j’ai choisi de n’émettre aucune critique négative et de vous en conseiller vivement la lecture si vous aimez les polars rythmés et angoissants qui jouent avec vos nerfs.
Un auteur à suivre de très près !

Mélina Hoffmann


«Spider, la partie continue»
Michael Morley
Editions First
21,9 €

Dernière minute

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Publicité

bandeau auto editionlight

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Publication : mardi 6 décembre 2016 18:21

Par Nicolas Vidal - Suite à la rencontre de Salvador Duran et de Sergio Mendoza de Calexico et son big band ORKESTA MENDOZA est né l’explosif Vamos a Guarachar !

Iphigénie en Tauride : la grâce comme rempart à la barbarie

Iphigénie en Tauride : la grâce comme rempart à la barbarie

Publication : mardi 6 décembre 2016 08:25

Par  Olivier Frégaville-Gratian D'Amore - Face à la sauvagerie cruelle des hommes, une voix féminine s’élève poétique et humaniste. Refusant tout compromis, préférant la transparence aux mensonges, elle se livre sans fard dans un plaidoyer vibrant qui touche cœur et raison. En mixant vers et prose de Goethe, Jean-Pierre Vincent livre un spectacle puissant mais bancal qui séduit par l’intensité des mots et déroute par le jeu trop accentué voire burlesque des comédiens.

Premier Contact : Denis Villeneuve vous met en lévitation

Premier Contact : Denis Villeneuve vous met en lévitation

Publication : lundi 5 décembre 2016 18:14

De Florence Yérémian - Louise Banks est une linguiste émérite vivant dans le Montana. Tandis qu’elle donne un cours de langues romanes, un certain Colonel Weber fait irruption dans sa classe et lui demande de le suivre en urgence: douze vaisseaux spatiaux ont atterri à la surface de la terre et personne ne parvient à communiquer avec leurs habitants. Afin de clarifier les intentions de ces nouveaux venus, Louise accepte d’être envoyée à l’intérieur d’un vaisseau en compagnie de Ian Donnely, un physicien théoricien. Tandis que le monde extérieur craint une attaque extra-terrestre ou une contamination biologique, le Docteur Banks conserve un calme étrange et tente d’engager le dialogue…

Tournée générale : l'enthousiasme musical et franchouillard

Tournée générale : l'enthousiasme musical et franchouillard

Publication : samedi 3 décembre 2016 10:00

Par Nicolas Vidal - Passez un petit moment musical avec Tournée Générale. Le nom du groupe est sans équivoque.

Franz Bartelt : cinquante nuances de Guy

Franz Bartelt : cinquante nuances de Guy

Publication : vendredi 2 décembre 2016 09:51

Par Marc Emile Baronheid - Un maître-queux sybarite propose cette salve époustouflante de nouvelles mitonnées dans la volupté, servies avec un accompagnement carnassier.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR