Gaspard Proust : Enfin sur scène ?Mercredi 24 février 2010, entrée au Studio des Champs Elysées. Beaucoup de jeunes cadres proprets, des admiratrices hilares avant l'heure, des quinquagénaires aux ensembles Armani ou Chanel, des septuagénaires à la chevelure laquée, un père truculent et sa fille aux textos mamours à son chéri qui lui manque, des étudiants bonhommes, une ouvreuse polonaise, un éclairagiste communiste.
Entrée de l'artiste. Avalanche de rires dès les premières répliques: le public est conquis. Un portable et l'occasion de se familiariser avec le public par une complicité grivoise. Ensuite le comique emprunte le sentier habituel des lieux communs qu'il est bon d'aborder. Et hop! tout le monde en prend pour son grade allègrement et en tête de liste: les femmes, les provinciaux, les profs, les pauvres, les juifs, les islamistes, les catholiques, les journalistes, les trentenaires....bizarrement le sexe dit fort semble être passé au travers des mailles du filet....
En gros on y apprend que les femmes n'ont rien inventé, que les journalistes sont des spécialistes de la branlette à compliments, que les hommes préfèrent chasser que réconforter, que se taper des vieilles peaux est tendance et que les fesser en les appelant maman un fantasme très partagé, que les célibataires trentenaires sont constipés par des gousses de vanille et qu'elles ont intérêt, au premier rencard, à remballer leurs coussins Ikéa et leurs boîtes à thé.
Alors quoi? Pas de quoi s'exalter, me direz-vous? Est-ce du Bigard amélioré? Du Palmade virilisé? Une version de Stéphane Guillon aux yeux noirs?

C'est que....le STYLE est délicieux et la propension à la métaphore savoureuse.
Pince sans rire, Gaspard fusille le prêt à penser, canarde à tout va son public addictivement masochiste.L'humour y est crassement noir, diablement méchant, volontairement inconfortable comme un certain nombre de ses confrères clowns mais l'élégance du verbe et les références fréquentes à la littérature donnent à son spectacle une saveur rehaussée.
Le bougre a un talent scénique incontestable , une gueule de beau mec suffisant -tête à claques- qui convient à plaisir à ce one-man-show provocateur et aux propos indigestes qu'il sert. Les journalistes aiment la comparaison: c'est d'abord un moyen facile de décrire , lorsqu'on ne trouve pas l'adjectif ou la périphrase qui conviendrait. De surcroît, la comparaison permet l'éloge flagorneur. On compare souvent l'artiste à Pierre Desproges... soit. S'il est sûr que le ton applique la maxime" on peut rire de tout mais pas avec tout le monde", n'oublions pas que le comique s'appelle avant tout Gaspard Proust, que c'est un bourgeon drolatique qui monte et dont il va falloir suivre d'un oeil avisé l'évolution.
Gaspard Proust, l'égoïste romantique qui flirte avec le charme désuet du XIXème et les propos crus et en saillie du XXIème!

N'hésitez pas à aller poser vos postérieurs sur les velours de cette salle!
L'énergumène vous y attend pour vous faire passer un soirée impayable. Ce serait dommage de laisser les autres en profiter.

Jusqu'au 11 avril...une pléthore de dates à saisir ici:
http://www.gaspardproust.fr/

Julie Cadilhac / BSC NEWS.FR

Abonnez-vous au Tabloïd !