Les difficultés de Deezer marque t-elles un tournant dans le monde doré du Web ? Les plus folles et dramatiques rumeurs courent dans le sillage du célèbre site de musique DEEZER depuis le MIDEM de ce week-end. Le Vrai-Faux départ de son co-fondateur Jonathan Benayassa porte à croire que Deezer traverse actuellement une période bien délicate, pouvant même le précipiter jusqu'à la fermeture simple et définitive du site.

Cependant, on est en droit de se poser la question de savoir si les turbulences dans lesquelles est empêtré Deezer correspondent-elles à un cas unique et isolé ? Ne serait-ce pas plutôt les prémisses d'un modèle économique en déclin?

Après les départs fracassants et récents des "faiseurs" de Dailymotion et de Netvibes, n'y a-t-il pas, finalement, non pas une malédiction, mais plutôt une mutation profonde de l'Univers du Web, qui se dessine avec plus d'intensité chaque jour ?

La situation de Deezer pourrait donc cristalliser à elle seule la somme des défis à laquelle devront se confronter les majors du WEB et autres acteurs du web, aussi bien en presse en ligne, qu'en musique et vidéo, d'ici peu de temps. Dans le cas de Deezer, c'est un changement de cap en novembre 2009, du gratuit vers le payant qui a manifestement précipité le site dans le gouffre. Aujourd'hui, il paraît évident que les internautes rechignent à payer sur internet quelque soit le service.

Et cette perspective a été largement éprouvé en 2009 par la presse traditionnelle qui a vu fuir son audience sur internet. Dès lors, il s'est posé le problème du contenu gratuit et payant, couplé avec la désaffection des annonceurs à investir massivement et durablement dans les médias, refroidis par la crise et par une baisse d'intérêt du lectorat pour la presse.

Aujourd'hui, la conjecture n'apporte aucune garantie viable et tout le problème est de savoir si l'univers du Web pourra contrecarrer les aspirations du Tout Gratuit de la part des internautes et parviendra à trouver un modèle pour se financer autrement et surtout durablement ?

Dans le cas échéant, il faudrait se tourner vers la manne des revenus publicitaires qui semblerait connaître une regain d'intérêt de la part des annonceurs d'après nos confrères du Figaro dans leur édition papier du 25 janvier 2010, qui publie une étude réalisée par Havas Medias. Elle prévoit une augmentation de 0,8% des investissements nets des annonceurs pour le 1er trimestre 2010 ( source Havas Medias)

Reste à savoir si les majors du Web, quelque soit leur secteur d'activité et de prédilection, pourront se satisfaire de telles prévisions, se balançant à la limite ténue de la prévision et de la prédiction tant la situation est difficile.

En tous cas, Deezer ne pourra peut-être pas attendre jusqu'à là pour se sauver.

Nicolas Vidal - BSCNEWS.FR

 

Abonnez-vous au Tabloïd !