BSC News

 

 

 

           

Aujourd'hui, Arash Derambarsh, envoyé spécial à Doha pour le BSCNEWS.Fr est allé à la rencontre de Dominique Baudis, Président de l'Institut du Monde Arabe. Il nous a confié son enthousiasme sur le Salon de Doha. Il nous parle des relations entre la France et le Qatar et s'est exprimé également sur la notion de l'identité nationale.

Que représente le Qatar pour la France ?
Dominique Baudis : L’Emirat du Qatar est un jeune Etat. La France a été l’un des premiers pays à l’avoir reconnu. De plus, nous y avons rapidement dépêché un ambassadeur. Pour l'anecdote, j’ai suivi en tant que jeune journaliste le premier voyage du Président de la République Française, Valérie Giscard d’Estaing en 1976. Ce pays était alors tout jeune et tout neuf. Cela n’a plus rien avoir aujourd’hui. Tout se construit très vite de nos jours.
J’ai rencontré pour la première fois, S.A. l’Emir Cheikh Hamad Bin Khalife Al Thani en 2007 au Diwan dans son Palais. Et je l’ai revu ce matin-même.

De quoi avez-vous discuté ?
Dominique Baudis : Nous avons évoqué ensemble l’année 2010 (Pour l'occasion, Doha sera la capitale culturelle du monde Arabe). L’Emirat du Qatar succède a Alger, Damas et à Jérusalem.
La France, grâce a l’Institut du Monde Arabe, exposera la prestigieuse artiste égyptienne, Oum Khalsoum. Nous mettrons également en avant des artistes palestiniens et des artistes contemporains. Le Président Nicolas Sarkozy m’a chargé d'apporter pour lui les amitiés de la République Française et de son soutien total au projet de Doha 2010.

Quelle est votre démarche pour procéder au rapprochement entre le monde occidental et oriental ?
Dominique Baudis : Je ne crois pas au choc des civilisations. Il y a bien sûr des risques au regard de l’actualité mais il n’y a pas de fatalité. C’est un travail de tous les jours afin de créer des passerelles. La France est l’ami du Qatar et plus globalement du monde arabe. Il faut dépasser les incompréhensions et les malentendus. Ceci passe par des actions politiques et culturelles. Nous voulons mettre en valeur nos cultures respectives.
Je rappelle également qu’il y a beaucoup d’amitié entre le Président de la République Nicolas Sarkozy et S.E l’Emir du Qatar.

La France est l’invitée d’honneur du 20e salon international de Doha. Qu'est ce que cela signifie ?
Dominique Baudis : Ce n’est pas une consécration mais une légitimité. Le Qatar est un pays ami et nous sommes fiers de cet honneur. Nous en ferons probablement de même. Tout ce qui permet le rapprochement entre nos deux civilisations est à encourager.
A ce propos, je félicite le travail remarquable de l’ambassade de France a Doha et du Centre Culturel Français. Ceci contribue au rayonnement de la francophonie.

Un dernier mot concernant le débat actuel en France sur l’identité nationale. Que représente pour vous l’identité nationale de la France ?
Dominique Baudis : L’identité nationale de la France, c’est l’accès aux connaissances et la chance de la diversité. Cette diversité s’exprime de façon religieuse, linguistique, culturelle ou encore philosophique. Nous jouissons de la laïcité en France et des valeurs républicaines. Ce débat a lieu partout dans le monde et dans chaque Etat. Il est donc légitime de le poser, mais sereinement et avec beaucoup de respect. Toutefois, je suis contre la censure, même si cela peut choquer.

Propos recueillis par Arash Derambarsh, envoyé spécial à Doha pour le BSCNEWS.FR

Photo : Dominique Baudis (à gauche) et Alain Beucler (à droite)

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

A LA UNE

Leo Sidran : un artiste multifacette entre chien et loup

Leo Sidran : un artiste multifacette entre chien et loup

Publication : vendredi 24 mars 2017 08:45

Par Nicolas Vidal - Depuis tout petit, Léo a suivi son père, Ben Sidran. Puis il a appris de son talent et de son expérience. Du Winsconsin à New York en passant par Meudon, Léo Sidran propose un très exaltant Entre chien et loup. Le musicien multifacettes nous parle de sa carrière, de ses projets et de sa conception de la musique.

Lorsque la culture devient l’alibi d’un plan de communication

Lorsque la culture devient l’alibi d’un plan de communication

Publication : jeudi 23 mars 2017 09:34

Par Nicolas Vidal - Réjouissez-vous chers lecteurs car ce 23 mars sera l’occasion de découvrir une facette pour le moins méconnue de l’un des people préférés   des Français. Ainsi, Gad Elmaleh publie une bande dessinée en librairie intitulée «Le Blond» (Editions Michel Lafon) qui retrace l’histoire de son personnage fétiche, joué sur scène depuis une dizaine d’années.

Vincent Peirani : le magicien de l’accordéon

Vincent Peirani : le magicien de l’accordéon

Publication : mardi 21 mars 2017 10:25

Par Nicolas Vidal - L’accordéon a longtemps été considéré comme «le piano du pauvre». L’accordéoniste français Vincent Peirani lui a redonné toute sa noblesse musicale avec la virtuosité qui est la sienne.

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Dernière minute

Publicité

promotiondemonlivrecarrehead

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Syma Mobile

SYMA JAN07

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer