BSC News

 

 

 

           

Il est toujours effarant de prendre conscience à quel point Eugène Green est passionné. Passionné de cinéma, de langage, des mots, de littérature. En somme, c’est un homme de lettres entier par cette façon qu’il a de traquer sans cesse la perfection et la pureté du verbe. Il nous revient avec ce texte brillant publié chez Actes Sud le mois dernier « Poétique du cinématographe».
Il suffit de retourner le livre d’Eugène Green et de lire le mot de l’éditeur en quatrième de couverture «Nourri d’une pratique exigeante, d’une expérience intime et d’un engagement total, un précis de cinéma philosophique et cinéphile, mi-manifeste, mi-mode d’emploi» pour se donner un aperçu de ce contient le nouvel ouvrage d’Eugène Green : un livre formidable sur le cinéma et sur les fondements philosophiques sur lesquels il repose.
Et l’entrée en matière dès la première page pose l’analyse suivante : «Penser le cinéma, c’est résoudre des problèmes concrets: structure narrative, image, son, travail des acteurs. Mais c’est d’abord se situer par rapport aux principales interrogations métaphysiques de l’homme occidental, car c’est d’elles qu’est né le cinématographe.»

Eugène Green campe de plein pied la trame de ses notes par rapport à la dimension philosophique et sa place dans le cinéma. Il apporte avec beaucoup de soin les éléments d’un rapport très fort à l’existence dans tout ce qu’elle comporte de caché, et de mystique.
«Le temps du cinéma est toujours le présent: celui des fragments du monde captés, celui du spectateur qui regarde le film. La présence réelle qui habite la représentation cinématograhique ouvre au spectateur la porte du présent réel.» nous dit-il dans le chapitre du « Le temps et la vérité». Cette idée est comme le fil rouge qui guide le cinéaste dans sa conception de son art. Mais ne vous y méprenez pas, Eugène Green ne théorise pas à plaisir sur une philosophie vaniteuse de son art. C’est une véritable ode à l’essence même du Cinéma qui éveille vers une appréhension nouvelle de sa justification et de son rôle social.

La seconde partie de l’ouvrage nous emmène avec brio aux côtés du réalisateur qui nous incite à lire par dessus son épaule ses notes de travail. On sentirait presque l’effervescence d’un plateau pendant le tournage d’une scène. Cette partie nommée par l’auteur « La pratique» traite du scénario, de l’image, du son et de la présence des acteurs.
Et on se surprend à suivre pas à pas ses indications et ses clés pour comprendre cet art qu’est le cinéma.

«Poétique du cinématographe» est un ouvrage brillant sur le cinéma, sur ses fondements, son rôle et sa poésie qui résonne en nous.
Nul doute qu’il saura passionner les profanes tout comme les avertis en la matière. Une nouvelle fois, Eugène Green met à notre disposition un travail remarquable.
«Poétique du cinématographe »
Notes
Eugène Green
Editions Actes Sud
Prix: 14,8 €
Nicolas Vidal
Crédit photo Robin Davies



Dernière minute

Idées de cadeaux

WEB Lucky Luke Cuisine 300x300 V1

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

A LA UNE

Alfredo Rodriguez : un jazz cubain attaché à l'ouverture

Alfredo Rodriguez : un jazz cubain attaché à l'ouverture

Publication : vendredi 9 décembre 2016 08:39

Par Nicolas Vidal - Tocororo est le nouvel album d’Alfredo Rodriguez, pianiste et compositeur cubain, installé à Los Angeles. Son nouvel album évoque l’oiseau national de Cuba, Tocororo qui prend son envol pour partir à la découverte d’autres cultures et d’autres identités. C’est en substance le projet musical d’Alfredo Rodriguez qui a, pour l’occasion, convié entre autres Ibrahim Maalouf et Richard Bona pour porter ce message. (Crédit photos : Anna Webber )

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Publication : jeudi 8 décembre 2016 09:10

Par Nicolas Vidal - Né pendant la guerre civile au Liban, Jorj A. Mhaya a découvert le pouvoir précieux du dessin. D’abord peintre, puis caricaturiste, illustrateur de presse, il s’est ensuite épanoui dans la bande dessinée. Aujourd’hui, Jorj A Mhaya fait paraître «Ville Avoisinant la terre» (Edition Denoël Graphic), une histoire puissante, fantasmagorique et sensible exprimée comme une parabole de la condition humaine dans un Beyrouth dévasté et fantasmé. Brillant.

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Publication : mercredi 7 décembre 2016 14:17

Par Nicolas Vidal - La librairie Sauramps connaît une situation très préoccupante concernant sa survie. Depuis quelques jours,  des informations inquiétantes se propagent dans les rues de Montpellier et plus précisément dans l’éco-système culturel de la capitale languedocienne. Le groupe Sauramps serait-il menacé de fermeture imminente d’ici le début de l’année 2017 ?

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Publication : mercredi 7 décembre 2016 08:43

Par Nicolas Vidal - Suivez Benjamin Decoin, photographe, dans un voyage passionnant dans l’un des pays les plus hermétiques et fermés de la planète. Le travail de Benjamin Decoin est une passionnante découverte sociologique et géographique au pays de la dynastie des Kim. Antoine Bondaz apporte, pour sa part, son expertise géo-politique de ce pays et des craintes qu’il suscite auprès de la communauté internationale notamment sur sa stratégie nucléaire.

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Publication : mardi 6 décembre 2016 18:21

Par Nicolas Vidal - Suite à la rencontre de Salvador Duran et de Sergio Mendoza de Calexico et son big band ORKESTA MENDOZA est né l’explosif Vamos a Guarachar !

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR