BSC News

 

 

 

           

« Les fidèles ronins » de Tamenaga Shounsoui est la réédition du livre du même titre, paru en 1882 aux éditions A. Quantin. L'épopée des quarante-sept ronins est une facette particulière de l'âme japonaise. Elle appartient autant à l'histoire de la noblesse guerrière qu'à l'inconscient populaire japonais.

L’HISTOIRE

Un groupe de samouraïs est laissé sans chef après la condamnation de leur daimyô, Hasano Naganori, condamné au suicide rituel par le shogun pour avoir blessé Kira Yoshinaka, maître des cérémonies de la maison du shogun, qui l'avait insulté. Les 47 ronins décident de le venger en tuant Kira. Aucun d’eux n'hésitera à perdre son honneur pour garder sa clandestinité en attendant le moment d'agir. Aucun n'hésitera non plus à donner sa vie pour sauver l'honneur de son prince, de son clan et le sien.
Le suicide d'une mère, accompli pour que la main de son fils ne tremble pas en pensant à elle au moment de frapper et de mourir, est à l'image des sentiments profonds d'un peuple sûr de pouvoir agir sur sa destinée parce que chacun est capable de regarder sa mort en face.

L’EXTRAIT
Pendant les longues soirées d’hiver de mon enfance, quand la lampe, brûlant dans la lanterne de papier, n’éclairait qu’à demi de sa lueur douteuse les figures peintes sur les paravents, souvent, assis près du brasero, les yeux pleins d’un respectueux effroi, j’écoutai ma vénérée mère raconter les aventures des Quarante-sept Ronin, et compenser pour moi l’obscurité de la salle en illuminant mon âme des rayons de la fidélité. Ce fut de ses lèvres vénérées que je recueillis les histoires dont se compose cet ouvrage. C’est pourquoi, si le livre plaît au lecteur, je le prie de ne point songer au vieillard de Yédo dont le pinceau trace ces caractères, mais de payer un reconnaissant tribut de respect à l’esprit de ma vénérée mère, dont j’ai si imparfaitement reproduit les récits éloquents, et dont le corps repose maintenant sous les hautes herbes.

« Les fidèles ronins » de Tamenaga Shounsoui, 308 p., 16€. ISBN : 978-2-915384-08-6

www.centon.net
Editions Centon, 49 rue du Docteur Caron, 76420, Bihorel

Olivier Quelier

Retrouvez d'autres chroniques de livres sur le Blog d'Olivier Quelier >>>

Dernière minute

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Publicité

bandeau auto editionlight

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Tournée générale : l'enthousiasme musical et franchouillard

Tournée générale : l'enthousiasme musical et franchouillard

Publication : samedi 3 décembre 2016 10:00

Par Nicolas Vidal - Passez un petit moment musical avec Tournée Générale. Le nom du groupe est sans équivoque.

Franz Bartelt : cinquante nuances de Guy

Franz Bartelt : cinquante nuances de Guy

Publication : vendredi 2 décembre 2016 09:51

Par Marc Emile Baronheid - Un maître-queux sybarite propose cette salve époustouflante de nouvelles mitonnées dans la volupté, servies avec un accompagnement carnassier.

Myrddin : le mélange jazz & flamenco belge

Myrddin : le mélange jazz & flamenco belge

Publication : vendredi 2 décembre 2016 09:38

Par Nicolas Vidal  - Du beau et bon Flamenco distillé par Myrdinn qui mérite une écoute attentive et passionnée. Le titre de l’album «Rosa de Papel» est également une chanson de cet album sur le poème de Federico Garcia Lorca.

Elodie Poux : le syndrome du Playmobil qui fait du bien 

Elodie Poux : le syndrome du Playmobil qui fait du bien 

Publication : jeudi 1 décembre 2016 09:45

Par Mélina Hoffmann - Pétillante, énergique, cynique, délicieusement déjantée, subtilement provocante, peste juste ce qu’il faut : Elodie Poux a surtout un style bien à elle et un grain de folie totalement assumé qui fait un bien fou.

Loïc Fontaine : #NoFilter, entre humour noir et rire jaune

Loïc Fontaine : #NoFilter, entre humour noir et rire jaune

Publication : mercredi 30 novembre 2016 08:31

Par Mélina Hoffmann - Vous cherchez un spectacle où ne surtout pas emmener vos enfants ? Alors vous êtes au bon endroit ! 3 minutes suffisent à comprendre le pourquoi du titre : #nofilter. Mais ça aurait tout aussi bien pu être #nolimit, car Loïc Fontaine n’a absolument aucun tabou et il n’édulcore rien.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR