Oscar, garçon de dix ans, séjourne à l’hôpital des enfants. Ni les médecins ni ses parents n’osent lui dire la vérité sur sa maladie. Seule Rose, femme à l’air bougon, venue livrer ses pizzas, communique avec lui sans détour. Pour le distraire, Rose propose un jeu à Oscar : faire comme si chaque journée comptait désormais pour dix ans. Elle lui offre ainsi une vie entière en quelques jours. Pour qu’il se confie davantage, elle lui suggère aussi d’écrire à Dieu. Dans ses lettres, Oscar avoue ses douleurs, ses inquiétudes, ses joies, son premier amour, le temps qui passe... Une amitié singulière naît entre Oscar et Rose. Tous deux sont loin d’imaginer à quel point cette complicité va bouleverser leur destin. C'est l'occasion de demander à Eric-Emmanuel Schmitt les secrets de ce film.
 
Le 9 décembre est sorti votre deuxième film, « Oscar et la Dame Rose ». C’est un film qui raconte l’histoire d’amitié transgénérationnelle entre un petit garçon malade et une vendeuse livreuse de pizzas. C’est un film grave mais qui en même temps fait rire ou sourire. Est-ce que le dosage entre drame et comédie fut une des difficultés les plus importantes sur ce film ?
Ce dosage comédie/drame, je l’ai dans mon écriture. La grande difficulté a été de le retrouver à l’écran. J’ai beaucoup travaillé, j’ai aussi été aidé par les acteurs, Michèle Laroque ou Amir, qui sont capables de passer d’une émotion à une autre en un instant. Et le travail a été dans l’écriture du film : avoir de vraies séquences magiques, pour voir le monde comme l’enfant le voit. La petite fille bleue qui voit une fée qui s’est arrêtée pendant un instant à l’hôpital, les séances de catch… Elle lui fait croire qu’elle est une ancienne catcheuse et lui y croit. Il imagine les combats de sa copine avec des catcheuses de tout ordre, lui qui n’a jamais vu de combat de catch. Il y avait la possibilité de s’envoler. C’est un sujet qui a les pieds dans la terre et la tête dans le ciel. Je crois que plus on traite un sujet grave, plus il faut être léger. Etre léger n’est pas éviter le sujet, c’est respirer le sujet.
 

Il est question de la mort, de la religion. J’ai l’impression que vous donnez deux points de vue, un pour les enfants et un pour les parents. Est-ce comme ça que vous avez voulu traiter le livre et le film ?
Oui. J’ai découvert que les enfants ont besoin de parler de certaines choses graves comme la naissance, la maladie, la mort, l’amour, le désamour… Les adultes ne veulent jamais parler de ça avec les enfants. En refusant ces sujets là, au lieu d’apaiser les enfants, ils leur donnent de l’angoisse et de la peur. Ce dont on a peur et dont on ne parle pas, ça devient sujet d’angoisse. Il faut parler. Dans cette histoire, Oscar est malade mais personne ne veut plus parler de sa maladie avec lui parce que tout le monde est catastrophé par ce qui lui arrive. Ses parents l’aiment toujours mais ne savent plus l’aimer ni communiquer avec lui. Le corps médical, en échec thérapeutique, n’a plus envie de parler de cet enfant, ou a honte de parler à cet enfant. Heureusement, il y a cette dame Rose, qui elle n’a peur de presque rien, en tout cas pas de parler de l’essentiel. L’amitié qui va naître entre elle et cet enfant va changer la vie des deux personnages. La dame Rose va changer la vie d’Oscar parce qu’elle lui propose un jeu, de vivre chaque jour comme s’il vivait 10 ans. « Dans 12 jours, tu auras 120 ans ». Avoir une vie complète. Elle double sa vie réelle qui est assez pauvre avec une vie imaginaire qui est très riche. Elle change sa vie et lui change sa vie à elle. C’est une femme qui a la tête dans ses problèmes, elle est énervée, agacée, elle n’a pas de temps à consacrer aux autres. Tout à coup, elle va venir voir cet enfant, se réchauffer en sa présence, découvrir qu’elle est douée pour parler de choses fondamentales, et elle va l’aimer. Elle retrouve l’amour qu’elle avait enfoui à l’intérieur d’elle.
« Oscar et la Dame Rose » a d’abord été un livre, un best seller. Vous vous êtes toujours dit que le roman était complètement inadaptable. On vous a proposé plusieurs fois de racheter les droits et vous avez dit non. Pourquoi est-ce que vous, vous adaptez le film au cinéma ?
J’ai un peu honte, pendant des années j’ai refusé les adaptations en disant que c’était inadaptable. J’expliquais pourquoi, et j’étais très indigné. A force de refuser, j’y ai réfléchi, je me suis demandé comment ça pourrait devenir un film de cinéma. J’ai résolu les difficultés progressivement. J’ai eu envie de faire le film parce que les gens, quand ils lisent le livre, me disent que ça leur fait du bien. Ça parle de choses essentielles, ça fait remonter en soi les choses essentielles, ça recentre. Je me suis dit que si je pouvais faire un film qui fait du bien, je serais heureux. Faire le film, c’était s’approcher des personnages, des visages, voir palpiter les âmes des personnages. Pour moi, le cinéma c’est l’humain, c’est le culte de l’humain. L’écriture est humaine, bien sûr, mais se fait sans la chaire, sans le son, sans les sens. Alors que le cinéma s’approche de l’humain avec les sens.

D’où est venue cette envie de glisser de la littérature au cinéma ? C’est votre deuxième film.
Je crois que j’ai toujours voulu faire du cinéma, mais je n’ai pas osé, et après j’ai oublié. Quand on me demandait enfant ce que je voulais faire, je répondais Walt Disney. Je voulais faire des films et avoir un parc de loisir. Après je me suis mis à lire et à écrire, c’est devenu mon premier mode d’expression, et je pensais que c’était le seul. La vie m’a offert la possibilité de faire un premier film, ce que j’ai fait avec étonnement, circonspection, peur. Sur le plateau de mon premier film, j’ai commencé à avoir la passion du cinéma, et à me dire que j’avais quelque chose à faire là. J’ai fait Oscar après.
 
Quelles leçons avez-vous tiré de votre premier film et mis en pratique sur le deuxième ?
Je pense qu’on apprend toujours au cinéma, et encore plus sur un premier film. Ce dont j’étais content, sur mon premier film, c’est le rapport avec les acteurs. C’était mon grand souci. Je n’avais pas fait un travail à l’image comparable à celui que j’ai pu faire dans ce deuxième film. J’ai essayé de trouver l’équivalent pictural de mon style. Mon style est très clair mais laisse beaucoup de place à l’imagination du lecteur. Grace à Virginie Saint Martin, ma chef opératrice, j’ai des images en clair/obscur. On éclaire que ce qu’il faut et on laisse le reste dans une certaine ombre pour laisser place à l’imagination. J’ai remplacé l’encre par la lumière.

Pourquoi avoir choisi Michèle Laroque pour le rôle de la dame Rose ?

C’était une évidence. Quand j’écrivais le scénario, il me fallait sa vie, son énergie, sa légèreté. Je la filme beaucoup au niveau des jambes, en train de fuir et d’aller vite. J’avais besoin de son aspect mercurien, ailé. Et j’aimais son humanité. Sous son aspect rapide, un peu aigu parfois, il y a une vraie intelligence du cœur, une vraie générosité. Il me semblait qu’elle serait parfaite. C’est une actrice qui a de l’élégance mais aussi de la retenue, comme le sont souvent les comiques, des êtres très pudiques.

La vraie révélation du film, c’est Amir, qui joue le rôle d’Oscar. Comment avez- vous découvert ce garçon ?

Quand j’ai commencé le film, je me suis demandé si Oscar existait. Un jour, dans la salle du casting est entré Amir. Il a fait quelques pas, et je me suis dit : « C’est lui. Pourvu qu’il joue bien ». Et il joue suprêmement bien. A partir de là, j’ai su que le film était possible. C’est un garçon de 10 ans, de Bruxelles. Il a déjà tourné un téléfilm mais c’est son premier film de cinéma. Il nous a tous époustouflé, parce qu’il était tout le temps juste, intelligent, sensible, émouvant, sans être triste, plein de vie. On était tellement ébloui par lui sur le plateau, que parfois on le consultait comme on consulte un grand sage qui connait la vie. Les techniciens lui demandaient des conseils sur leurs couples, leurs petites amies… Il a un regard tellement juste ! Et l’entente entre Amir et Michèle a été magique, il y a quelque chose de cette magie dans le film. L’amour qu’il y avait entre eux, je n’avais qu’à le filmer, eux ne le jouaient pas. Ils étaient émerveillés l’un par l’autre.
 
Comment avez-vous travaillé avec lui, avant et pendant le tournage, pour qu’il rentre dans son personnage ?
J’ai beaucoup travaillé avec lui, on a fait beaucoup d’improvisations sur toutes les situations du film, avant de mettre les mots. Après, plus on se rapprochait du
tournage plus on mettait les mots. Ensuite, on a répété avec juste Michèle et lui, pour doser sa force. C’est difficile pour un enfant en pleine force et en pleine forme de jouer ça. Malgré tout ça, il nous a surpris tous les jours. Il est profondément doué pour ça, d’une manière hallucinante. Je n’ai pas inventé Amir, je l’ai juste remarqué. Il était là.

Comment réagissait-il à ce que vit son personnage dans le film, qui est quand même assez dur ?
C’est lui qui nous décontractait par rapport à ce qu’il jouait. Il avait parfaitement compris ce qu’il jouait. Il était exactement comme Oscar, il ne pleurait pas, n’avait pas de tristesse. Il nous disait : « Pourquoi vous le dépeignez comme ça, il n’est pas triste ». Il était une leçon de vie sur le plateau, comme Oscar est une leçon de vie dans son lit d’hôpital.

Quel est le prochain livre que vous comptez adapter au cinéma ? Vous n’allez pas vous arrêter en si bon chemin !
J’ai le virus du cinéma maintenant. Je viens d’écrire un scénario original, avec une femme comme personnage principal, encore une fois. J’aimerais aussi adapter après « Le sumo qui ne pouvait pas grossir », parce que je pourrais passer 6 mois au Japon, et faire des images assez inouïes. C’est un univers qui a été très peu filmé, et pas filmé de façon poétique.

Abonnez-vous au Tabloïd !