BSC News

 

 

 

           

Après New Grids leur premier album, Coming Soon revient avec Ghost Train Tragedy, enregistré en 12 jours (pour 21 chansons, 15 ayant été retenues pour le disque) par la même joyeuse bande de 7 garçons et filles. Ils défendent leur disque depuis des mois en enchaînant concerts et festivals à un rythme effréné. Leur premier disque avait été salué par la critique sans engranger un succès commercial, celui-ci emprunte la même voie ce qui est à la fois emmerdant parce que c’est un putain de bon groupe, mais également sympa parce que j’adore parler d’un groupe en disant “ils sont pas encore très connus”. J’sais pas, j’aime bien avoir l’impression d’être dans un underground ou un truc du style. Je digresse, passons au disque.
Coming Soon a tout pour me plaire. Il n’y a guère que la pochette de l’album que je trouve pas très jolie. Leur style, d’abord. D’abord catalogués “folk”, ils ont petit à petit enrichi leur son jusqu’à ce qu’on ait du mal à les catégoriser. Ça, ça me plait. Leur musique est sous perfusion “musique indé américaine”. C’est même pas exagéré. Je ne les connaissais pas du tout avant que le riff blues-rock rugueux de “Walking” me réveille (il était tard/tôt). C’est l’oreille soudainement tendue et les yeux grands ouverts que je me pris donc une gentille petite claque dans la tronche, avant d’être définitivement convaincue de la qualité de ce groupe en arrivant à “School Trip Bus Crash”. Arrivés là, vous devriez vous être rendus compte de la maturité et de l’audace de ces 7 jeunes garçons et filles.
La voix de Howard Hughes, chanteur principal du groupe, m’a d’abord fait penser à Lou Reed, avant de me rendre compte qu’elle ressemblait beaucoup plus à celle de Mathias Malzieu de Dionysos (un des amis du groupe). J’aime les deux, donc pas de problèmes de ce côté-là. D’ailleurs honnêtement, je crois que c’est maintenant la voix de Malzieu qui va ressembler à celle de HH, et pas l’inverse. Si j’ai bien saisi, ils sont donc trois à assurer le chant : Howard Hughes et son chapeau de cow-boy ; Léo Bear Creek, 15 ans, qui joue aussi de la batterie, de la guitare, du ukulélé, et sûrement un tas d’autres trucs ; et enfin Alex Banjo qui s’occupe aussi de la guitare électrique.
Toujours, toujours entraînants, leurs morceaux s’inspirent aussi bien de l’indie-rock américain que de la folk, avec un talent mélodique certain et franchement enthousiasmant. Pour s’en convaincre il suffit d’écouter la petite friandise pop “Love in the Afternoon”. Comme ils sont jeunes et Français, deux adjectifs vont les suivre partout : matures et décomplexés. D’ailleurs leur absence de complexe est une preuve de leur maturité. Ou l’inverse. Mmmh… Bref.
Décomplexés car ils emploient de bonnes vieilles recettes folk et rock, empruntant aussi bien à Johnny Cash qu’à Nick Cave, en passant par les Beach Boys (la joyeuse “School Trip Bus Trash”). Leurs textes sont sombres mais jamais déprimants, drôles même parfois, bien écrits et surtout bien chantés. Les choeurs et harmonies sont aussi très bien foutus, placés exactement où il faut à chaque fois. Preuve supplémentaire de leur talent : ils arrivent à rendre classe le ukulélé, et ça, c’est pas donné à tout le monde. Oh et non, pas d’accent français horrible. Oui, oubliez les BB Brunes, les enfants, on est dans une autre division là.
Tout est loin d’être parfait, il y a 4 ou 5 morceaux assez anecdotiques (”Pillow Talk”, “Minor Keys”, “WU”), mais ils sont tellement bien entourés que je n’ai pas envie d’en parler. Les meilleurs morceaux (”Manners & Education”, “Steel Wire”, “Moonchild”, “Lower Lip”…) ont comme points communs leur richesse musicale. Certes lesComing Soon empruntent largement les bonnes vieilles recettes de la ballade folk traditionnel ou du morceau de rock puissant, pas de grandes révolutions, mais ils ont le talent nécessaire pour rafraîchir tout ça et y imposer leur personnalité. C’est plus que flagrant sur la sublissime “Manners & Education” ou “Steel Wire” avec son changement de rythme que j’adore. Et que dire de “Lower Lip”… on dirait un classique folk-rock, rien de moins.
Ghost Train Tragedy est un excellent album réalisé par un excellent groupe, français de surcroît. La bande de Coming Soon prend vraisemblablement un plaisir fou à mettre au point et jouer leurs chansons, et j’ai pris mon pied à les écouter. En toute simplicité. Ce n’est déjà plus un groupe “à suivre”, mais une référence dans le paysage musical français. À faire connaître !
(sorti le 7 septembre chez Kitchen Music)

http://www.myspace.com/starsoon“Get Yo Shit” est assez marrante et que “Bobby Booshay” est une pépite “rock & roll & soul”, si vous me permettez l’expression. Et puis les hurlements, ça finit par faire mal à la tête (c'est pas du tout rock'n'roll cette phrase, mais Joe Lewis m'a vraiment fait vibrer l'oreille interne à plusieurs reprises)

Ne passez pas à côté de Tell ‘Em What Your Name Is et de ces bombes soul imparables, vous le regretteriez !

(sorti le 17 mars / Lost Highway Records)
Eddie Williamson

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

A LA UNE

Leo Sidran : un artiste multifacette entre chien et loup

Leo Sidran : un artiste multifacette entre chien et loup

Publication : vendredi 24 mars 2017 08:45

Par Nicolas Vidal - Depuis tout petit, Léo a suivi son père, Ben Sidran. Puis il a appris de son talent et de son expérience. Du Winsconsin à New York en passant par Meudon, Léo Sidran propose un très exaltant Entre chien et loup. Le musicien multifacettes nous parle de sa carrière, de ses projets et de sa conception de la musique.

Lorsque la culture devient l’alibi d’un plan de communication

Lorsque la culture devient l’alibi d’un plan de communication

Publication : jeudi 23 mars 2017 09:34

Par Nicolas Vidal - Réjouissez-vous chers lecteurs car ce 23 mars sera l’occasion de découvrir une facette pour le moins méconnue de l’un des people préférés   des Français. Ainsi, Gad Elmaleh publie une bande dessinée en librairie intitulée «Le Blond» (Editions Michel Lafon) qui retrace l’histoire de son personnage fétiche, joué sur scène depuis une dizaine d’années.

Vincent Peirani : le magicien de l’accordéon

Vincent Peirani : le magicien de l’accordéon

Publication : mardi 21 mars 2017 10:25

Par Nicolas Vidal - L’accordéon a longtemps été considéré comme «le piano du pauvre». L’accordéoniste français Vincent Peirani lui a redonné toute sa noblesse musicale avec la virtuosité qui est la sienne.

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Dernière minute

Publicité

promotiondemonlivrecarrehead

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Syma Mobile

SYMA JAN07

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer