BSC News

 

 

 

           

Le moins qu’on puisse dire, c’est que les Kings of Convenience (qu’on peut traduire par “rois des toilettes” en anglais britannique, j’suis pas sûr que ce soit ce qu’ils veulent) savent se faire attendre. Leur dernier album, Riot on an Empty Streetremonte en effet à 2004. Erlend Øye s’est entre-temps consacré à un autre petit projet : The Whitest Boy Alive. Declaration of Dependence sonne donc le retour du duo folk norvégien Øye/Bøe (ne comptez pas sur moi pour la prononciation).
Allons au plus évident : si vous connaissez déjà le duo, vous ne serez pas surpris. Vous serez peut-être même un peu déçu d’entendre qu’ils ne prennent pas beaucoup de risques, qu’ils ne cherchent toujours pas à moderniser leur style ou à l’étoffer avec un peu plus de cordes, ou que sais-je… C’est déjà un reproche qu’on pouvait leur faire en 2004 et vous le lirez sûrement dans certaines critiques. Oui, ce n’est pas moderne. Mais après le succès de la folk champêtre des Fleet Foxes, j’ai dû mal à distinguer le rétro du moderne ou du revival. Mieux vaut ne pas s’embarrasser avec ces questions.
Je n’ai pas été surprise, mais j’ai vite été reconquise. J’me souviens de ma réaction à l’écoute de Riot on an Empty Street que j’avais découvert il y a un an et quelques, ça donnait quelques chose comme ça : “C’est joli.” (…) “C’est très joli !” (…) “Non en fait c’est splendide.” Il y a d’abord le plaisir de retrouver ces voix. Ces voix d’un calme divin, aussi douces que… non, il faut pas que je me lance dans les métaphores avec ces voix, sinon vous allez vite vous retrouver à lire “douces comme du Pampers” et ça ne va pas le faire. C’est très difficile de ne pas partir dans des digressions ignominieuses en parlant de leur musique.
Restons simples : ils sont deux, chantent tous les deux, jouent tous les deux de la guitare, parfois accompagnées d’autres cordes. La magie de ce duo, c’est de poser en quelques accords, sans efforts apparents, une jolie mélodie pop et sans artifices qui vous donne instantanément envie de fermer les yeux et de laisser la musique lentement vous submerger. Éludons rapidement la question des influences, Simon & Garfunkel, Belle & Sebastian, Crosby, Stills & Nash… Erlend Øye & Eirik Glambek Bøe sont largement aussi bons que tous ceux-là. Difficile de trouver une mauvaise chanson de Kings of Convenience, autant vous le dire tout de suite.
“24-25″ est un premier morceau parfait pour se mettre en condition et rappeler pourquoi j’adore ce groupe. C’est d’une platitude sans nom de dire ça, mais cette chanson pourrait durer 3 heures que je ne m’en lasserai pas. Mon boulot normalement c’est d’aller plus loin que le “C’est beau”, mais des fois il n’y a pas grand-chose de plus à ajouter. La simplicité de leurs morceaux me pousse également à la simplicité. C’est avec “Mrs Cold” et son rythme chaloupé que je me rappelle de la pochette, une photo du duo sur une plage tropicale, loin de l’ambiance “chalet norvégien” de leur précédent disque. Arrivée à “Me In You” j’suis déjà plus sur Terre.
Tous les morceaux s’enchaînent sans efforts, j’aurais voulu que “Boat Behind” et “Ruly My World” durent chacune une éternité… Paradoxalement, je me surprends à craindre que l’album soit trop long et que la lassitude pointe son nez dans quatre ou cinq morceaux. Cette crainte se révélera justifiée lors des deux ou trois premières écoutes, avant de s’évanouir. Tout dépend des conditions d’écoute, peut-être n’étais-je pas assez concentrée lors des premières écoutes, je sais pas, mais finalement et comme d’habitude, il n’y a rien à jeter dans cette Declaration of Dependence.
Le groupe mérite - ou à tout le moins peut difficilement le refuser - d’être rangé dans la catégorie folk-pop car alors même qu’il est difficile de s’imaginer danser sur lesFleet Foxes, se remuer doucement les fesses en écoutant ce disque est largement recommandable. Les guitares s’entremêlent tranquillement, les voix ressemblent de plus en plus à des caresses… En quelques secondes ces Norvégiens peuvent vous faire ressentir mélancolie, tristesse, joie, ivresse, ils arrivent à instaurer une légère tension et à la casser en une inflexion de voix, en un accord de guitare.
Peut-être est-ce aussi bien qu’ils prennent leur temps entre chaque disque, ça m’a permis d’oublier à quel point j’aimais leur style. Peu importe qu’il date maintenant d’un autre siècle, la musique des Kings of Convenience est, comme celles des grands duos folk, intemporelle et belle à pleurer.
(sortie le 5 octobre chez EMI)
Eddie Williamson

Dernière minute

Idées de cadeaux

WEB Lucky Luke Cuisine 300x300 V1

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

A LA UNE

Alfredo Rodriguez : un jazz cubain attaché à l'ouverture

Alfredo Rodriguez : un jazz cubain attaché à l'ouverture

Publication : vendredi 9 décembre 2016 08:39

Par Nicolas Vidal - Tocororo est le nouvel album d’Alfredo Rodriguez, pianiste et compositeur cubain, installé à Los Angeles. Son nouvel album évoque l’oiseau national de Cuba, Tocororo qui prend son envol pour partir à la découverte d’autres cultures et d’autres identités. C’est en substance le projet musical d’Alfredo Rodriguez qui a, pour l’occasion, convié entre autres Ibrahim Maalouf et Richard Bona pour porter ce message. (Crédit photos : Anna Webber )

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Publication : jeudi 8 décembre 2016 09:10

Par Nicolas Vidal - Né pendant la guerre civile au Liban, Jorj A. Mhaya a découvert le pouvoir précieux du dessin. D’abord peintre, puis caricaturiste, illustrateur de presse, il s’est ensuite épanoui dans la bande dessinée. Aujourd’hui, Jorj A Mhaya fait paraître «Ville Avoisinant la terre» (Edition Denoël Graphic), une histoire puissante, fantasmagorique et sensible exprimée comme une parabole de la condition humaine dans un Beyrouth dévasté et fantasmé. Brillant.

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Publication : mercredi 7 décembre 2016 14:17

Par Nicolas Vidal - La librairie Sauramps connaît une situation très préoccupante concernant sa survie. Depuis quelques jours,  des informations inquiétantes se propagent dans les rues de Montpellier et plus précisément dans l’éco-système culturel de la capitale languedocienne. Le groupe Sauramps serait-il menacé de fermeture imminente d’ici le début de l’année 2017 ?

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Publication : mercredi 7 décembre 2016 08:43

Par Nicolas Vidal - Suivez Benjamin Decoin, photographe, dans un voyage passionnant dans l’un des pays les plus hermétiques et fermés de la planète. Le travail de Benjamin Decoin est une passionnante découverte sociologique et géographique au pays de la dynastie des Kim. Antoine Bondaz apporte, pour sa part, son expertise géo-politique de ce pays et des craintes qu’il suscite auprès de la communauté internationale notamment sur sa stratégie nucléaire.

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Publication : mardi 6 décembre 2016 18:21

Par Nicolas Vidal - Suite à la rencontre de Salvador Duran et de Sergio Mendoza de Calexico et son big band ORKESTA MENDOZA est né l’explosif Vamos a Guarachar !

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR