BSC News

 

 

 

           

La liste de Schindler, quand le noir et blanc devient, outre qu’un outil cinématographique, un outil indispensable à la mémoire de l’humanité.
Pour Steven Spielberg, ce film était plus qu’une œuvre cinématographique. Il lui semblait accomplir un véritable devoir de mémoire en réalisant l’adaptation du livre de Thomas Keneally : Schindler’s Ark.
Pour cela, il décide pour réaliser son film, d’utiliser sa vision des événements. Il fera un film en noir et blanc.

« Pratiquement tout ce que j’ai pu voir sur l’holocauste est en noir et blanc. Ainsi ma vision de l’holocauste reflète ce que j’ai vu dans les documentaires et les livres : des images austères et monochromes » déclare Spielberg.

Pour rester dans la continuité historique propre à sa vision de la Shoah, le noir et blanc apparaît pour Spielberg comme le seul moyen de traiter le sujet.
L’évidence du noir et blanc s’installe comme une volonté de ne pas « transformer » les faits.
Ce que nous avons vu de la Shoah, est en noir et blanc, son film doit s’installer dans cette continuité, le thème est sans doute trop grave pour « jouer » sur les images.
Ou le fait est que l’une des plus grandes tragédies de l’histoire de l’humanité ne peut se traiter comme un film classique, et que par son noir et blanc le réalisateur nous met face à une certaine vérité historique qui s’inscrirait dans la continuité des documentaires traitant du sujet.
Mais le film vit et de ce noir et blanc sortent des voix, des murmures, et le rendent vivant.
Des regards à vif feront naturellement sortir de l’aspect documentaire bien sûr, mais au fond toutes ces « animations » apportent au documentaire le rapprochement encore plus rapide entre le spectateur et le cauchemar.
Ce noir et blanc marque également une volonté quasi journalistique. Nous sommes face à des « archives » vivantes, comme si le noir et blanc n’avait pour autre but que de nous mettre face à l’horreur des événements, en ne s’adaptant pas au format couleur que nous connaissons aujourd’hui.
Le film nous emmène vers la passé encore un peu plus, pour aider le spectateur à lutter contre sa vision anachronique des faits ainsi que son désintérêt pour l’Histoire qui est peut-être l’un des principaux fléaux de l’avenir.

Nicolas Bodou

Dernière minute

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Idées de cadeaux

WEB Lucky Luke Cuisine 300x300 V1

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Evènement

Scenenationalejanvier2017

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Syma Mobile

SYMA SITE DEC2016

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

A LA UNE

Radio : 40 ans d'antenne célébrés par Francis Zégut

Radio : 40 ans d'antenne célébrés par Francis Zégut

Publication : mardi 17 janvier 2017 08:25

Par Jean-Christophe Mary - Le spécialiste de musique rock Francis Zégut célèbre 40 ans de radio. Un anniversaire marqué par deux coffrets « Hit The Road « et  Hit The Road « Vol. 2 que les fans de grosses cylindrées vont adorer.

Dalida : Sveva Alviti fait rayonner la Bambina

Dalida : Sveva Alviti fait rayonner la Bambina

Publication : lundi 16 janvier 2017 15:42

De Florence Yeremian - De son enfance au Caire à son inévitable suicide en 1987, ce très beau film retrace le parcours d'une femme sempiternellement en quête d'amour et de reconnaissance. À travers ses voyages à Cannes, Rome, Paris ou San Remo, il nous fait suivre la carrière ascensionnelle de Dalida en s'attardant particulièrement sur ses multiples conquêtes amoureuses.

FleetWood Mac : Mirage, un album qui reste mythique

FleetWood Mac : Mirage, un album qui reste mythique

Publication : lundi 16 janvier 2017 09:52

Par Jean-Christophe Mary - Moins populaire que «Tusk » ou «Rumours », « Mirage » reste pourtant un classique de la musique rock californienne. « Love in Store, Only Over You et Oh Diane «, titres pop rock joyeux, bondissants et plein d’énergie folk, auront définitivement marqué le début des années 80.

Erroll Garner : Ready Take One tout en intimité

Erroll Garner : Ready Take One tout en intimité

Publication : lundi 16 janvier 2017 08:24

Par Nicolas Vidal - Voilà le genre d’album qui aime nous plonger dans les  productions intimes des grands artistes.

Cécilia Bertolini :  une carrière Jazz sur le tard

Cécilia Bertolini : une carrière Jazz sur le tard

Publication : lundi 16 janvier 2017 08:24

Par Nicolas Vidal - «La musique arrivée tardivement est devenue une évidence», Cécilia Bertolini ne cache pas son amour tardif pour le Jazz. Aujourd’hui, elle poursuit une carrière déjà riche et sort son nouvel album «Back On Track». Elle nous parle de cette passion fraîche et de la quintessence de ce nouveau projet.