BSC News

 

 

 

           

Attention, talent !
Aujourd’hui, tout le monde se veut impertinent, mais presque plus personne n’est pertinent. Ce n’est pas le cas de Richard Hervé, ni de son spectacle, Collections.
D’ailleurs, difficile de classer cette performance dans le noir ou le blanc de quelque catégorie préétablie. Si Richard Hervé incarne un seul personnage pendant plus d’une heure, ce n’est ni un one man show, ni du stand up, ni un seul en scène. Cet OTNI (Objet Théâtral Non Identifié) est en réalité une pièce à un personnage qui, par la malice de sa conception et de son écriture, en suggère toute une galerie tous plus hauts en couleurs les uns que les autres.
Celui joué par Richard Hervé travaille dans la mode. Il tient une boutique de luxe dans la très prestigieuse avenue Montaigne – sinon, où aller ? De prime abord tête à claque, snob, séducteur, coureur, menteur, obsédé sexuel, un poil raciste et misogyne sur les bords, il est avant tout tendance et ne semble avoir que mépris pour ce qui n’est pas lui. Légèrement atteint du syndrome de Peter Pan, il refuse de choisir. Hommes, femmes, un homme une femme, deux femmes un homme, Xanax ou cocaïne, il veut tout, il les veut toutes et tous.
Mais, au fil des scènes, de ses errances sexuelles et de ses tribulations sentimentales, sa trajectoire révèle des failles intimes profondes qui le rendent diablement attachant. Des zones d’ombres qui illuminent en un subtil dégradé de gris ces facettes apparemment noires et détestables, comme on passe des traits grossiers d’une caricature à un délicat portrait au fusain.
De cette manière, il peut tout se permettre. Il dit des horreurs et pourtant on rit, on en redemande. Car son personnage n’est pas méchant pour le seul plaisir d’être méchant, ni odieux pour être bêtement odieux, mais parce qu’il souffre et que c’est là sa manière de se protéger de sa propre hypersensibilité. Et tout le monde en prend pour son grade, lui le premier.
C’est là toute la force du spectacle de Richard Hervé et l’intelligence de son écriture, souligné avec une nuance de clair-obscur par la mise en scène de Xavier Gallais : on ne rit pas de, mais on rit avec.
Richard Hervé tape fort, mais toujours avec une bienveillance souriante. Il griffe, mais ne massacre pas. Il égratigne, mais ne blesse pas. Du coup, il touche juste. Et nous touche.

HAROLD COBERT

« Collections », de et avec Richard Hervé, mise en scène Xavier Gallais, Théâtre des Mathurins (36, rue des Mathurins, Paris 8e), Petite Salle, à 19 h du lundi au samedi et à 17 h le dimanche, relâche le lundi.
Locations et Réservations : 01 42 65 90 00

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Publicité

bandeau auto editionlight

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Occitanie : l’état des lieux du livre et de la littérature

Occitanie : l’état des lieux du livre et de la littérature

Publication : vendredi 24 février 2017 15:32

Par Manon Bricard - Quelle est la place du livre en Occitanie ? Deux agences régionales du livre, le Languedoc-Roussillon livre et lecture basée à Montpellier ainsi que le Centre Régional des Lettres Midi-Pyrénées, ont regroupé leurs données pour répondre à cette question. Elles comptent ainsi montrer comment se positionne la filière du livre dans la nouvelle région, afin de l’aider à orienter sa politique en faveur du livre et de la littérature.  

Vakia Stavrou : les turpitudes et les bonheurs de la vie

Vakia Stavrou : les turpitudes et les bonheurs de la vie

Publication : vendredi 24 février 2017 15:46

Par Nicolas Vidal - Vakia Stavrou est chypriote. Cet album Alasia (qui signifie «image de Chypre ») est un projet mélancolique qui aborde toutes les turpitudes et les bons moments de la vie : l’amour, la tristesse, la séparation ou encore l’espoir.  

Les Derniers Parisiens : un portrait de la faune de Paname

Les Derniers Parisiens : un portrait de la faune de Paname

Publication : vendredi 24 février 2017 09:16

De Florence Yeremian - Nasser travaille chez son grand frère Areski dans un bar de Clichy. Mis aux arrêts pour une sale histoire, il vient de passer vingt-quatre mois en prison et a décidé de refaire sa vie. À l'occasion d'une rencontre, il se lance dans l'organisation de soirées DJ persuadé de pouvoir y trouver une échappatoire à sa morne existence. La tête pleine d'espérance mais le cœur candide, il part à la conquête des nuits parisiennes...

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Dernière minute

Publicité

promotiondemonlivrecarrehead

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Syma Mobile

SYMA JAN07

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer