BSC News

 

 

 

           

Par Olivier Quelier - BSCNEWS.FR / C’est une bonne histoire, mais un mauvais roman. L’histoire de Pauline, 14 ans, qui vit à Pantin. Elle évolue dans un monde « où rien n’était grave. Les étés succédaient aux hivers et Sarkozy rêvait d’anéantir toute opposition en France ». Sa mère, « bien blanche et bien française » a épousé un « Africain qui venait du Mali ». Son mari mort, la mère a placé trois de ses cinq enfants à l’Assistance publique. Ne reste à la maison que Pauline et son frère aîné, Fabien. Tous deux se détestent – lui racaille, elle qui se tue à démontrer qu’elle n’est pas une mauvaise fille…

Pauline est en rupture d’école, en échec scolaire. Tout va changer grâce à Mademoiselle Mathilde, 28 ans, une prof de français rousse et belle qui va prendre l’adolescente sous son aile, l’hébergeant, lui faisant lire « Le Livre de ma mère », d’Albert Cohen. La symbolique est limpide… et c’est là que le bât blesse.

Calixte Beyala est tombée dans deux pièges. D’abord, elle n’oublie aucun des poncifs de la vie en banlieue. Le lecteur aura droit à la misère, à la violence, aux bavures policières et à la délation. Pire, et c’est la deuxième erreur de la romancière, Pauline se pique de philosopher tout en reconnaissant qu’elle ne comprend pas grand-chose au monde.

Résultat : quelques couplets –clichés sur l’esclavage et le colonialisme, la place des Noirs dans la société et l’usage du mot « nègre ». Pour compléter le tableau, on cite Sarko, on utilise des gros mots et, pour faire plus vrai, on fait dire à Pauline que, bien sûr, si elle avait le talent d’un écrivain, elle saurait mieux dire….

« Le roman de Pauline » est un livre où se croisent les gens mauvais et les bons sentiments, une fable à la morale pataude et au style lourdaud qui, sous couvert de réalisme, aligne facilités et banalités. Page 55, ça nous donne la phrase suivante : « Un bruit de clef dans la serrure annonce l’arrivée de mon frère, je sais que c’est lui, parce que ouvrir une porte est un acte personnel et que les membres d’une même famille le font de manière différente ».

Le tout est loin d’être ridicule, mais souvent trop caricatural. C’est d’autant plus dommage que l’histoire est belle, l’idée engageante… En outre, Calixte Beyala ne recule pas devant le sordide et le glauque du quotidien. Quelques scènes, notamment dans la relation de Pauline avec son copain Nicolas, sont criantes de douleur et de vérité. Mais pour le reste…

Pauline termine son récit en affirmant : « Peut-être que je n’écrirai jamais le livre de ma mère ». Ce serait dommage. De ne pas écrire un vrai bon roman sur le sujet.

« Le roman de Pauline » de Calixte Beyala, éd. Albin Michel.

Par Olivier Quelier

Photo Copyright DR

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Publicité

bandeau auto editionlight

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Festival littéraire de Guernesey : le mélange des genres à Saint-Pierre-Port

Festival littéraire de Guernesey : le mélange des genres à Saint-Pierre-Port

Publication : lundi 27 février 2017 14:41

Par Manon Bricard - Le Festival de Guernesey propose pour sa cinquième édition des découvertes littéraires et un mélange des genres. Du 10 au 14 mai 2017, à Saint-Pierre-Port, de nombreux écrivains, acteurs, biographes, dramaturges ou producteurs de télévision seront présents pour échanger autour du livre et de l’écriture.

Pierresvives : plongée dans les archives de la Première Guerre Mondiale

Pierresvives : plongée dans les archives de la Première Guerre Mondiale

Publication : lundi 27 février 2017 13:58

Par Manon Bricard - Dans le cadre de la campagne européenne de collecte de la Première Guerre Mondiale (dite Mission du Centenaire), une conférence propose aux archives départementales Pierresvives une découverte des documents personnels de la famille Viguié sur cette période sombre.

Judas Priest : le heavy-metal des 80s de "Turbo Lover"

Judas Priest : le heavy-metal des 80s de "Turbo Lover"

Publication : lundi 27 février 2017 09:18

Par Jean-Christophe Mary - Aux côtés de Black Sabbath, Judas Priest fût l’un des pionniers du heavy metal britannique des 70’s. Trente ans après sa sortie en 1986, Sony music réédite le 10ème album studio du groupe, « Turbo 30 ».

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Dernière minute

Publicité

promotiondemonlivrecarrehead

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Syma Mobile

SYMA JAN07

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer