Histoire juive :
« Pourquoi y a t-il tant de Juifs parmi les violonistes ?
Tu te vois traverser l’Europe avec un piano ? »

Eddy Rosner, né à Berlin en 1910, mort à Berlin en 1976, jouait de la trompette. Il en jouait si bien qu’après un concours de trompette à New York en 1932, Louis Armstrong lui dédicaça sa photographie en ces termes : « Au Louis Armstrong blanc, l’Eddy Rosner noir ».

En 1933, à Berlin, être Juif et Jazzman revient à signer son arrêt de mort deux fois. Django Reinhardt, Gitan et Jazzman , survécut à l’Occupation grâce à la protection de Jean Cocteau. Eddie Rosner, entre la mort et l’exil, choisit l’exil. Son erreur fut de ne pas partir dans la bonne direction. Vers l’Ouest, il aurait pu rejoindre Londres puis New York. Il partit vers l’Est, la Pologne et Varsovie.

Pourquoi une telle erreur d’orientation? Par amour. L’amour fou pour une Juive polonaise, fille de la reine du théâtre yiddish. A Varsovie, Eddie survit.. En 1939, Staline et Hitler se mettent d’accord pour se partager l’Europe de l’Est. Premières victimes : les Polonais, envahis par l’Armée Rouge à l’Est et la Wermacht à l’Ouest. Blague polonaise : « Dieu a fait une sale blague à la Pologne. Il l’a mise juste au milieu entre l’Allemagne et la Russie ». Amoureux fou de sa Polonaise, Eddie Rosner passe à l’Est déguisé dans un uniforme allemand. Fait prisonnier par l’Armée Rouge, il se fait reconnaître.

La chance lui sourit enfin. Le Premier Secrétaire du Parti Communiste de Biélorussie est un fou de Jazz et possède tous les albums de l’orchestre d’Eddy Rosner. Il demande à Eddy de créer l’Orchestre de Jazz de l’Armée Rouge. Il lui confie un train, des instruments, des uniformes et l’envoie faire la tournée des troupes pour soutenir leur moral avec du Swing.

Comment Eddy Rosner constitua t-il son orchestre ? Avec d’autres rescapés de la barbarie nazie, le plus souvent Juifs, le plus souvent musiciens de formation classique. Des violonistes devinrent saxophonistes, passèrent de Gustav Malher à Duke Elington. Nécessité fait loi.

Voici comment l’un des musiciens de l’orchestre raconte son passage à l’Est. Arrêté par la Wermacht, un officier allemand ordonne à un soldat d’aller l’abattre d’une balle dans la tête au coin d’un bois. C’est ce que les historiens appellent aujourd’hui « La Shoah par balle ». Le soldat et le musicien s’en vont dans la forêt. En chemin, le musicien siffle un air de Schoenberg. Pour siffler du Schoenberg, il faut être musicien. Le soldat intrigué, lui demande : « Mais c’est du Schoenberg ! Comment connais tu cette musique ?». « Je la jouais comme premier violon au Wiener Philarmoniker » lui répond le musicien. « Moi aussi, je jouais du violon au Wiener avant la guerre ! « Le soldat regarde le musicien, le reconnaît et lui dit : « Ecoute mon gars, je ne peux pas descendre un ancien collègue du Wiener. Tu vois le bois là bas ? Les Russes y sont. Je te laisse partir, je vais tirer un coup de feu en l’air.. Personne n’ira vérifier que tu es mort. Bonne chance. » Et c’est ainsi que le musicien eut la vie sauve, passa à l’Est et rejoignit l’orchestre de Jazz de l’Armée Rouge dirigé par Eddie Rosner.

Pendant toute la grande guerre patriotique (expression russe) de 1941 à 1945, l’orchestre d’Eddie Rosner, dans son train spécial, joua pour les troupes de l’Armée Rouge, des réservistes de ‘Extrême Orient au front de l’Ouest face à la Wermacht. Un jour, à Bakou, Crimée l’orchestre donna un concert devant une salle vide. Ordre du Parti. Après le concert, Eddie apprit qu’il avait joué devant Staline, seul, caché dans l’ombre de la salle.

En juin 1945, triomphe de l’Orchestre qui joue sur la Place Rouge, à Moscou, devant Staline, le Comité central du Parti communiste de l’Union Soviétique et l’Armée Rouge pour fêter la victoire.

Après guerre, Staline se rappelle qu’Eddie Rosner est un Juif Allemand né de parents polonais. Cela fait au moins trois raisons de l’envoyer au Goulag. Une seule était déjà de trop. Eddie Rosner se retrouve en Sibérie, dans l’Archipel du Goulag, comme l’a décrit Soljenitsyne. Il n’y se retrouve pas tout seul. D‘autres musiciens de l’orchestre s’y retrouvent aussi, eux aussi Juifs allemands, polonais bref suspects par naissance et par essence pour Staline et ses sbires.

Une fois au Goulag, Eddie Rosner crée un orchestre. Il persuade son chef de camp de lui fournir des instruments. Eddie trouve les musiciens et réussit à faire tourner l’orchestre dans divers camps de Sibérie, toujours pour soutenir le moral des troupes. De cette manière, Eddie et ses amis survivent. Staline meurt en 1953, Krouychev lance la déstalinisation. Eddie Rosner et ses musiciens sont libérés. L’orchestre se reforme, joue, enregistre, tourne mais seulement en URSS.

Eddie Rosner né à Berlin, veut y retourner, dans une Allemagne républicaine et fédérale. Avec la décrispation kroutchevienne, les contacts avec l’Ouest se multiplient. Louis Armstrong, Duke Ellington, Benny Goodman viennent en URSS, jouent avec Eddie Rosner et lui proposent de venir jouer en Amérique avec eux . Leurs impresarios envoient des courriers officiels proposant des contrats, des concerts, des engagements. L’URSS reste l’URSS et Eddie Rosner y reste enfermé, dans la plus grande prison du monde.

En 1973, enfin, Eddie Rosner arrive à Berlin Ouest. Le gouvernement soviétique lui retire sa nationalité et lui bloque ses comptes. Eddie a fait fortune en URSS avec ses albums et ses concerts. Il est à l’Ouest mais son argent est à l’Est. A Berlin Ouest, Eddie est pauvre, vieux, oublié. Il écrit au gouvernement de Bonn pour demander une indemnité comme victime de la Guerre. La lettre lui octroyant des indemnités est arrivée dans sa boîte aux lettres à Berlin le lendemain de sa mort.

L’histoire d’Eddie Rosner est racontée dans son autobiographie et un documentaire. Les deux sont passionnants. Des extraits de la musique d’Eddie Rosner sont disponibles ici. Eddie Rosner, de par ses voyages, dans l’immensité terrestre de l’Empire russe, rencontra des cultures caucasiennes, orientales et s’en inspira dans sa musique. Sa version en big band du Caravan de Duke Ellington est absolument unique. Elle vous donne l’impression de voyager à dos de chameau (deux bosses) dans le désert de Gobi.
Guillaume LAgrée

Abonnez-vous au Tabloïd !