BSC News

 

 

 

           

La pochette de disque la plus moche de l’année ? Sûrement. Un des meilleurs albums de rock de l’année ? Aucun doute !
Jay est sur circuit garage-rock depuis plus de 10 ans, a sorti plus de 60 disques en tous genres (singles, albums, compilations), avec des tas de groupes différents. C’est presque un vétéran, mais ce n’est que son deuxième album solo. Pour Blood Visions, il avait mis au point une pluie de météorites punk (couvrant à peu près tous les styles auxquels on peut ajouter l’épithète punk), brutes, violentes, garage, magnifiques. Pour Watch Me Fall, il a fait l’effort de se concentrer sur son côté pop.

Le titre de l’album est bien sûr ironique. Il sait bien qu’en faisant un album rempli de chansons possédant de vraies mélodies, il allait se mettre à dos une partie de son public, plus habitué à son garage-rock rugueux et criard. Attention, Watch Me Fall n’est pas lisse. Loin de là. Jay Reatard, comme à son habitude, enchaîne les morceaux à un rythme effréné, à commencer par l’ultra-accrocheur “It Ain’t Gonna Save Me”, plus efficace qu’un bon nombre de tubes pop actuels (ah, si seulement Virgin Radio passait ce titre…).

Le natif de Memphis ne fait rien de révolutionnaire. Sa musique est un “retour aux fondamentaux” du rock’n'roll. Le type est super prolifique, certes, mais aussi super professionnel. Je veux dire par là qu’il faut y aller pour trouver un morceau qui ne soit pas bien foutu, qui sonne bizarrement. C’est toujours, toujours techniquement impeccable. Il y a des morceaux moins accrocheurs que d’autres dans Watch Me Fall, mais aucun ne mérite d’être zappé. C’est un de ces disques que je peux écouter en boucle pendant des heures, sans aucune difficulté.

Toutes les chansons du disque ont en commun leur concision, leur mélodie (plus ou moins) imparable, toujours d’une simplicité qui me rappelle les Ramones (en termes de punk, vous ne trouverez pas meilleur compliment dans ma bouche). Evidemment, c’est moins délirant et ébouriffant que ses tout premier disques, le bonhomme est sans doute un peu plus mature. Mais un Jay Reatard “un peu plus mature”, ça reste encore un doux dingue punk, croyez-moi.

La seconde moitié du disque est un peu moins supersonique que la première, mais toujours aussi étonnamment accessible (c’est un mot que je n’aurais jamais pensé employer dans une chronique de Jay Reatard) et remplie d’idées mélodiques très diverses et dignes des Black Lips ou des Replacements.

Avant même de sortir son premier album solo, Jay Reatard était déjà pour moi une valeur sûre, et ça se confirme avec Watch Me Fall. Immense réussite, l’un de mes disques favoris de 2009 !

(sorti le 17 août / Matador)

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Publicité

bandeau auto editionlight

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Occitanie : l’état des lieux du livre et de la littérature

Occitanie : l’état des lieux du livre et de la littérature

Publication : vendredi 24 février 2017 15:32

Par Manon Bricard - Quelle est la place du livre en Occitanie ? Deux agences régionales du livre, le Languedoc-Roussillon livre et lecture basée à Montpellier ainsi que le Centre Régional des Lettres Midi-Pyrénées, ont regroupé leurs données pour répondre à cette question. Elles comptent ainsi montrer comment se positionne la filière du livre dans la nouvelle région, afin de l’aider à orienter sa politique en faveur du livre et de la littérature.  

Vakia Stavrou : les turpitudes et les bonheurs de la vie

Vakia Stavrou : les turpitudes et les bonheurs de la vie

Publication : vendredi 24 février 2017 15:46

Par Nicolas Vidal - Vakia Stavrou est chypriote. Cet album Alasia (qui signifie «image de Chypre ») est un projet mélancolique qui aborde toutes les turpitudes et les bons moments de la vie : l’amour, la tristesse, la séparation ou encore l’espoir.  

Les Derniers Parisiens : un portrait de la faune de Paname

Les Derniers Parisiens : un portrait de la faune de Paname

Publication : vendredi 24 février 2017 09:16

De Florence Yeremian - Nasser travaille chez son grand frère Areski dans un bar de Clichy. Mis aux arrêts pour une sale histoire, il vient de passer vingt-quatre mois en prison et a décidé de refaire sa vie. À l'occasion d'une rencontre, il se lance dans l'organisation de soirées DJ persuadé de pouvoir y trouver une échappatoire à sa morne existence. La tête pleine d'espérance mais le cœur candide, il part à la conquête des nuits parisiennes...

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Dernière minute

Publicité

promotiondemonlivrecarrehead

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Syma Mobile

SYMA JAN07

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer