BSC News

 

 

 

           

Avant le tournage, étiez-vous déjà tous les deux fans de cuisine française ?

Meryl Streep: Oui, j'étais fan de cuisine française; mon restaurant préféré, enfin un de mes restaurants préférés à New York s'appelle le Bernardin … Je crois que c'est comme ça qu'on dit … Il est situé à Midtown, et j'adore cet endroit. Je suis toujours allée dans des restaurants français pour manger autre chose que ce que je cuisine.

Stanley Tucci: Oui, même chose; je pense que je choisis plus souvent un restaurant français plutôt qu'un restaurant italien.


Pensez vous que faire des bons repas, manger des bons produits, des produits naturels est un bon moyen de vous garder en forme, de vivre une belle vie ? Il y a un vrai et vieux débat en France sur le bien manger, est-ce la même chose aux Etats-Unis ?

Meryl Streep: Je suis très impliquée avec le collectif des chefs, c'est un groupe de chefs qui croient, comme Alice Waters, Michel Nichon, plein de gens différents, Dan Barber, et Sam Cast, qui est maintenant chef à la Maison Blanche — le "Kitchen Garden" à la Maison Blanche. L'idée que la nourriture n'est pas seulement meilleure, mais qu'elle est également bonne pour les 20 centimètres de terre sur lesquels reposent toutes les formes de vie. Il ne s'agit pas de mettre des choses chimiques ou artificielles, mais plutôt de travailler avec la terre, la laisser se reposer, toutes ces choses que les agriculteurs connaissent, traditionnellement, et qui sont meilleures pour la terre, pour la viabilité de notre planète.

Stanley Tucci: Tout à fait, si on repense à l'époque où Julia Child a fait son émission à la
télévision, dans les années 60, et qu'on pense à ce qu'on avait à notre disposition en Amérique, c'était une sorte de travesti, alors que le reste du monde disposait de ce que nous n'avons que depuis quelques années, ce que disait Meryl tout à l'heure, des bons produits, des produits naturels; les supermarchés, Stop and Shop, le supermarché à côté de chez moi a vraiment un rayon naturel impressionant.

Meryl Streep: K-Mart aussi.

Stanley Tucci: Ah oui, K-Mart aussi, des produits naturels ? …J'ignorais … Mais c'est assez confidentiel, jusque là, vous deviez aller dans les magasins spécialisés et payer des fortunes, et aujourd'hui, c'est une industrie de plusieurs millions de dollars en
Amérique, et c'est une bonne chose, cela permet d'élever le niveau général, c'est important.

Meryl Streep: Mais à l’époque où Julia Child a commencé à cuisiner et a faire son émission, l'Amérique sortait de la guerre et était en pleine impulsion de la science, et de l'industrie chimique. On appliquait massivement des pesticides, sans se préoccuper du tout de la vie et de la santé des fermiers, et cela nous a pris beaucoup de temps pour nous défaire de ce rêve de "la terre de demain", où tout peut être réglé dans un laboratoire, et pour revenir à des vérités que les gens connaissent depuis toujours.

Vous savez, on ne la connait pas trop (Julia Child) en France, alors qu'en Amérique on dirait que c'est une sorte de légende, pouvez vous nous parler de ça?

Stanley Tucci: Elle est une légende; elle est devenue une icône, c'est le visage et la voix de la cuisine, pour toutes les ménagères américaines et aussi de chaque famille; elle était ce genre de balise, que tout le monde veut imiter.

Meryl Streep: Et de bonne cuisine Française; elle ne se préoccupait pas du tout de l'agriculture durable ou des produits naturels au début; elle faisait le contraire, elle était fan des progrès - scientifiques -, qui étaient faits dans l'agriculture, mais elle est celle qui a réconcilié l'Amérique et les Américains avec la cuisine Française et la cuisine traditionnelle, des choses que les gens avaient fini par comprendre à propos du goût, de son importance et comment l'obtenir et du temps qu'il faut passer dans la cuisine, parce qu'en Amérique, les gens voulaient tout faire vite et sortir de la cuisine ! Sortir de la cuisine était très important. C'était lié au mouvement naissant de libération de la femme, et au fait que pendant la guerre, toutes les femmes travaillaient et n'avaient pas le temps, et ce fut une très bonne chose de nous avoir représenté toutes ces techniques.


Comment avez-vous construit ce personnage; je veux dire sa voix, c'était une femme très imposante, comment avez-vous fait ? Avez-vous regardé beaucoup de ses émissions ?

Meryl Streep: Oui, j'ai regardé toutes ses émissions de cuisine, et les plus instructives était les premières, à l'époque où elle était encore une des premières femmes à la télévision; elle avait déjà 50 ans lorsqu'elle a commencé son émission, elle était "mûre", elle n'était plus candide; si il y avait quelque chose dans sa manière de se
présenter, il n'y avait pas de "couverture", pas de design pas d'artifices. Elle était qui elle était. Et c'est ce qui a plu aux Américains, son côté authentique, qui vous montre comment faire toutes ces choses merveilleuses. Et le plaisir évident qu'elle prenait à le faire a évidemment rendu la chose attirante.

C'est votre deuxième film ensemble, est-ce que cela a été clair pour vous dès le début qu'il allait être votre mari dans le film?

Meryl Streep: Oui, j'ai tapé du pied et j'ai insisté …

Stanley Tucci: C'était un acte de charité!

Meryl Streep: Non, au cours d'une conversation avec Norah Ephron, au tout début, j'ai dit que je ne voyais personne d'autre que Stanley pour interpréter Paul, et elle a dit "oh Mon Dieu, OUI!", c'est vrai, elle l'a dit; et ensuite, il a fallu le convaincre — ça a pris une éternité …

Stanley Tucci: Oui, au moins 15 secondes ... à une fête … "Veux-tu interpréter le rôle de mon mari dans un film ?" … "Oui" … C'est comme ça que ça s'est passé … Oui, 5 secondes, encore plus vite que ça !


Qu'est-ce qui vous a attiré dans ce personnage ? Vous êtes très solide dans le film, et dans le film il y a beaucoup de mauvaises choses dans votre vie, dans celle du personnage, et elle veut devenir … enfin, s'accomplir elle-même, elle veut cuisiner. Et vous vous êtes un roc dans le film !

Stanley Tucci: C'est ce qu'il était pour elle, il était plus vieux qu'elle de dix ans quand il l'a épousée, il avait déjà vécu une vie bien remplie; à de nombreux titres, c'était une sorte d'homme de la renaissance, il avait été peintre, il parlait plusieurs langues, …

Meryl Streep: C'était lui la "star" dans sa famille.

Stanley Tucci: Oui, et il s'est élevé tout seul, il n'a pas reçu d'éducation, il a appris tout seul. Et quand ils se sont rencontrés, il était plus vieux et plus sûr de lui, et il est tout de suite tombé amoureux d'elle, l'a tout de suite adorée. Il aurait fait n'importe quoi pour elle, et il a toujours été a ses côtés jusqu'à sa mort — il est mort à 90 ans je crois —. Ca a été fascinant de jouer quelqu'un comme ça, moins tu en fais mieux c'est. C'est nous le public qui la regardons.

Pour finir, puis-je vous demander de vous entendre — je vous ai entendue à la télévision française, et vous parlez très bien français — me dire "bon appétit" ?

Meryl Streep: Bon appétit ! AHAHAHAH

Vous aussi peut —être ?

Stanley Tucci: Bon appétit !



Fiche technique du Film

JULIE & JULIA Un film de Nora Ephron
(Julie & Julia)

Meryl Streep
Amy Adams
Stanley Tucci
Chris Messina
Linda Emond

Scénario : Nora Ephron
D’après les livres Julie & Julia de Julie Powell
et My Life in France de Julia Child et Alex Prud’homme
Image : Stephen Goldblatt, ASC BSC
Décors : Mark Ricker
Montage : Richard Marks, A.C.E.
Costumes : Ann Roth
Musique : Alexandre Desplat

Un film produit par Laurence Mark, Nora Ephron, Amy Robinson et Eric Steel
Durée : 2h03
Sortie le 16 septembre 2009

Enregistrer

Dernière minute

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Publicité

bandeau auto editionlight

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Tournée générale : l'enthousiasme musical et franchouillard

Tournée générale : l'enthousiasme musical et franchouillard

Publication : samedi 3 décembre 2016 10:00

Par Nicolas Vidal - Passez un petit moment musical avec Tournée Générale. Le nom du groupe est sans équivoque.

Franz Bartelt : cinquante nuances de Guy

Franz Bartelt : cinquante nuances de Guy

Publication : vendredi 2 décembre 2016 09:51

Par Marc Emile Baronheid - Un maître-queux sybarite propose cette salve époustouflante de nouvelles mitonnées dans la volupté, servies avec un accompagnement carnassier.

Myrddin : le mélange jazz & flamenco belge

Myrddin : le mélange jazz & flamenco belge

Publication : vendredi 2 décembre 2016 09:38

Par Nicolas Vidal  - Du beau et bon Flamenco distillé par Myrdinn qui mérite une écoute attentive et passionnée. Le titre de l’album «Rosa de Papel» est également une chanson de cet album sur le poème de Federico Garcia Lorca.

Elodie Poux : le syndrome du Playmobil qui fait du bien 

Elodie Poux : le syndrome du Playmobil qui fait du bien 

Publication : jeudi 1 décembre 2016 09:45

Par Mélina Hoffmann - Pétillante, énergique, cynique, délicieusement déjantée, subtilement provocante, peste juste ce qu’il faut : Elodie Poux a surtout un style bien à elle et un grain de folie totalement assumé qui fait un bien fou.

Loïc Fontaine : #NoFilter, entre humour noir et rire jaune

Loïc Fontaine : #NoFilter, entre humour noir et rire jaune

Publication : mercredi 30 novembre 2016 08:31

Par Mélina Hoffmann - Vous cherchez un spectacle où ne surtout pas emmener vos enfants ? Alors vous êtes au bon endroit ! 3 minutes suffisent à comprendre le pourquoi du titre : #nofilter. Mais ça aurait tout aussi bien pu être #nolimit, car Loïc Fontaine n’a absolument aucun tabou et il n’édulcore rien.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR