Adeline Courchet, Une jeune libraire passionnée et novatrice

Qu’est ce qui vous a poussé à ouvrir votre librairie ?
Avant tout l’envie de pouvoir choisir les livres que je vends ! Après avoir travaillé dans le rayon livres d’une grande surface, je me suis rendue compte à quel point le métier de libraire me plaisait… mais pas dans un tel espace. Il y a très peu de librairie dans le Golfe de Saint Tropez, alors en ouvrir une était l’occasion de relever un gros défi tout en exerçant un métier passionnant.

Pouvez-vous nous expliquer votre concept ?
C’est avant tout une librairie avec un rayon pour chaque thème et un coin enfant. Mais il y a également un espace « bar » où l’on peut déguster ( avec modération) toute une gamme de vins, thés et cafés, et se restaurer de façon très simple et légère à bas prix. Les gens peuvent ainsi consulter les livres sur place sans forcément les acheter. L’idée est de passer du temps au milieu des livres sans que ce soit rébarbatif ou emprunté.
Quel a été l’accueil des gens pour le lancement de votre librairie ?
Etonnement très bon ! Les gens sont curieux, souvent ils ne connaissent pas le concept et du coup trouvent l’idée très originale. Les clients considèrent que c’est un endroit calme, idéal pour la lecture. Et en même c’est un endroit festif, le soir par exemple, cet été tout un groupe de jeunes de 20 ans en ont fait leur QG. Et puis j’ai l’impression que d’ouvrir une librairie à 25 ans interpelle les gens, ils ont envie de m’aider je crois, de me soutenir.

Comment se fait votre sélection de livres ?

Grâce à mon expérience précédente je savais quels livres étaient incontournables. Ensuite je me suis axée sur des ouvrages assez rares et originaux qui surprennent et séduisent les gens. Enfin il y a bien évidemment tous mes coups de cœur ! J’écoute aussi énormément les conseils des clients pour compléter mes rayons.

Quels sont les événements que vous organisez ?
Principalement des rencontres avec des auteurs, la prochaine étant le 19 septembre avec François Bégaudeau. J’organise également des expositions d’œuvres d’art de tout type (photo, peinture, sculptures, etc). A partir d’octobre il y a des cours d’anglais une fois par semaine. Et je compte mettre en place dans les semaines à venir des tournois de Trivial Poursuit ou Scrabble avec un livre à gagner. J’aimerais également diffuser des films tirés de romans sur un grand écran, et mettre en place des cours de dégustation de vin et des soirées ludiques sur ce thème.
Comment choisissez-vous vos invités ?
Je propose tout d’abord aux auteurs que j’aime et dont j’ai lu les livres afin de pouvoir créer un projet qui tiennent la route. Après, il y a de nombreuses rencontres qui se font sur Facebook et qui se concrétisent sur les salons littéraires.

Quels sont vos espoirs en matière de développement ?
J’espère déjà tout simplement que ma librairie va réussir à vivre, c’est le vrai challenge ! Et si ça marche, j’espère pouvoir organiser toujours plus d’événements autour du livre.

Quel est votre rêve le plus fou ?
Je crois que je suis en train de le vivre…

Pour finir, quels sont les livres que vous lirez pour cette rentrée littéraire ?
« L’homme qui valait 35 milliards » de Nicolas Ancion, « La délicatesse » de David Foenkinos, « L’homme qui ne savait pas dire non » de Serge Joncour, et « Les cathédrales du vide » d’Henri Loevenbruck.

Propos recueillis par Nicolas Vidal

Abonnez-vous au Tabloïd !