BSC News

 

 

 

           

Depuis maintenant quelques années, une partie des jeunes romanciers français délaissent l’autofiction et les trente mètres carrés séparant le Flore du Deux Magots pour se tourner vers l’homme et le monde qui l’entoure. Pour autant, quitter le nombrilisme germanopratin ne veut pas dire renoncer à l’exploration de l’intime, mais juste articuler dialectiquement cette intimité avec ce qui lui est extérieur. La Perrita, troisième roman d’Isabelle Condou, est de ceux-là.

Argentine, 1996 : deux femmes que tout oppose, Ernestina et Violetta, s’affairent pour préparer l’anniversaire d’une jeune fille. La première appartient à la classe moyenne modeste, l’autre à la grande bourgeoisie de Buenos Aires. Or, la jeune fille qu’elles attendent toutes les deux avec impatience est la même. Pour Ernestina, il s’agit de Rosa, sa petite fille que la dictature lui a arrachée en tuant son fils et sa belle fille. Pour Violetta, il s’agit de Malvina, la fille qu’elle a ravie à sa mère biologique pendant la dictature avec l’aide et la complicité de son mari, militaire blanchi de ses crimes après le Procès de la Junte. « La Perrita », terme affectueux qui signifie en Espagnol « petite chienne » ou « chienne bien aimée », c’est cette femme à qui l’on a enlevé son enfant, et qui hante tout autant les souvenirs inexistants d’Ernestina que les cauchemars de Violetta.
À partir d’une situation extraordinairement simple, Isabelle Condou développe un roman qui explore deux fêlures familiales ainsi que celles de tout un pays et de tout un peuple.
À proprement parler, l’intrigue ne se développe que sur une seule journée, celle où les deux femmes attendent Rosa/Malvina. Mais l’écriture d’Isabelle Condou, consacrant alternativement un chapitre à Ernestina et à Viloletta, creuse le temps et l’espace à la manière des scènes d’exposition des tragédies classiques et antiques. Sinueuse sans être obscure, elle met le présent en résonance avec le passé, l’histoire intime de ces deux femmes avec celle de l’Argentine. Pour Ernestina, l’absence de son fils et de sa petite fille est devenue une présence vide, mais obsédante. Pour Violetta, la présence de cette fille qu’elle s’est appropriée l’a condamnée au secret, à la dissimulation, au mensonge, et a creusé un vide et une absence glaciale autour d’elle. Deux facettes d’une même tragédie : l’incertitude de ce qu’on ne sait pas pour l’une, la vérité honteuse que l’on cache pour l’autre. Deux femmes, deux générations, un passé commun bien que différent, et un même présent source d’avenir : Rosa/Malvina.
Les symboles foisonnent dans le roman d’Isabelle Condou. Impossible en effet de ne pas voir en ces deux femmes les deux Argentines brisées que la dictature a laissées face-à-face. Impossible également de ne pas voir dans leur petite fille et fille commune l’Argentine d’aujourd’hui, écartelée entre la honte et la souffrance de son passé, et qui tente malgré tout de se reconstruire un avenir. Et puis, il y a tous les chiens qui errent çà et là dans le récit, métaphore animale ambiguë car parfois bien plus humaine que les hommes qui ont fait l’histoire de ce pays.
Il y a du Bernhard Schlink chez Isabelle Condou. Comme dans Le Liseur, elle ramène admirablement les séquelles d’une nation au niveau individuel et raconte magistralement comment des destinées personnelles se retrouvent broyées par le rouleau compresseur de l’histoire collective.
Et il y a l’amour, enfin, l’amour d’une grand-mère pour sa petite fille inconnue et l’amour d’une mère pour sa fille « adoptée », seul sentiment qui, par-delà le bien et le mal, réunit Ernestina et Viloletta. Le même amour que, dans chaque phrase, Isabelle Condou déclare à l’Argentine.

Un roman et une romancière qui ont du souffle.

Harold Cobert


La Perrita d’Isabelle Condou, éditions Plon, 20€.

Dernière minute

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Publicité

bandeau auto editionlight

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Publication : mercredi 7 décembre 2016 14:17

Par Nicolas Vidal - La librairie Sauramps connaît une situation très préoccupante concernant sa survie. Depuis quelques jours,  des informations inquiétantes se propagent dans les rues de Montpellier et plus précisément dans l’éco-système culturel de la capitale languedocienne. Le groupe Sauramps serait-il menacé de fermeture imminente d’ici le début de l’année 2017 ?

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Publication : mercredi 7 décembre 2016 08:43

Par Nicolas Vidal - Suivez Benjamin Decoin, photographe, dans un voyage passionnant dans l’un des pays les plus hermétiques et fermés de la planète. Le travail de Benjamin Decoin est une passionnante découverte sociologique et géographique au pays de la dynastie des Kim. Antoine Bondaz apporte, pour sa part, son expertise géo-politique de ce pays et des craintes qu’il suscite auprès de la communauté internationale notamment sur sa stratégie nucléaire.

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Publication : mardi 6 décembre 2016 18:21

Par Nicolas Vidal - Suite à la rencontre de Salvador Duran et de Sergio Mendoza de Calexico et son big band ORKESTA MENDOZA est né l’explosif Vamos a Guarachar !

Iphigénie en Tauride : la grâce comme rempart à la barbarie

Iphigénie en Tauride : la grâce comme rempart à la barbarie

Publication : mardi 6 décembre 2016 08:25

Par  Olivier Frégaville-Gratian D'Amore - Face à la sauvagerie cruelle des hommes, une voix féminine s’élève poétique et humaniste. Refusant tout compromis, préférant la transparence aux mensonges, elle se livre sans fard dans un plaidoyer vibrant qui touche cœur et raison. En mixant vers et prose de Goethe, Jean-Pierre Vincent livre un spectacle puissant mais bancal qui séduit par l’intensité des mots et déroute par le jeu trop accentué voire burlesque des comédiens.

Premier Contact : Denis Villeneuve vous met en lévitation

Premier Contact : Denis Villeneuve vous met en lévitation

Publication : lundi 5 décembre 2016 18:14

De Florence Yérémian - Louise Banks est une linguiste émérite vivant dans le Montana. Tandis qu’elle donne un cours de langues romanes, un certain Colonel Weber fait irruption dans sa classe et lui demande de le suivre en urgence: douze vaisseaux spatiaux ont atterri à la surface de la terre et personne ne parvient à communiquer avec leurs habitants. Afin de clarifier les intentions de ces nouveaux venus, Louise accepte d’être envoyée à l’intérieur d’un vaisseau en compagnie de Ian Donnely, un physicien théoricien. Tandis que le monde extérieur craint une attaque extra-terrestre ou une contamination biologique, le Docteur Banks conserve un calme étrange et tente d’engager le dialogue…

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR