BSC News

 

 

 

           


Adaptation réussie de l’oeuvre choc d’Hervé Chabalier, malgré quelques moments d’égarements. Cluzet est au sommet

L’argument : Hervé, patron d’une agence de presse, décide d’en finir avec l’alcool. Loin de tout et grâce aux autres, il parvient à combattre sa dépendance, en repartant vers une nouvelle vie...

Notre avis : Pour son premier film en tant que réalisateur, le producteur et distributeur Philippe Godeau a choisi d’adapter le livre touchant et courageux d’Hervé Chabalier, dans lequel ce dernier narre son combat contre l’alcool au sein d’un centre spécialisé. Un sujet casse-gueule, propice à tous les excès, de la mise en scène avinée aux performances larmoyantes d’une tête d’affiche qui peut sereinement viser le César. Il n’en est rien ici, et c’est tant mieux. On peut même parler de grande sobriété (pardonnez le mauvais jeu de mots).
Celle de François Cluzet, en premier lieu, est admirable. Son impassible retenue permet au spectateur d’adhérer pleinement à son personnage et ses vicissitudes. Le personnage d’Hervé subit les événements, les observe, les questionne, exactement comme nous le faisons en découvrant cet environnement très particulier. Par son jeu, l’acteur se fait le réceptacle de nos interrogations au lieu de les devancer et de les annihiler en faisant son numéro (Jack Nicholson dans Vol au-dessus d’un nid de coucou par exemple). Ainsi il est plus aisé de s’identifier à Hervé et d’être touché par le sujet sensible du film. Cluzet est définitivement notre Dustin Hoffman gaulois.
Sobriété de la mise en scène également, qui ne fait pas de vague mais cerne habilement tous les protagonistes à la manière d’un huis-clos classique. On regrettera justement les écarts à cette unité de lieu et de temps, dont les symptômes sont ces malheureux flashbacks, censés illustrer la dépendance d’Hervé, et qui nous éloignent du propos en se fourvoyant dans un voyeurisme vain et rabâché. Ne pas connaître le passé du personnage, en plus d’être une originalité, aurait permis une adhésion plus forte à cet homme et ses tourments potentiellement universels. L’interprétation de François Cluzet allait dans ce sens. L’autre défaut majeur du film est cette relation ratée entre Hervé et la jeune Magali, trop symbolique pour être honnête.
Mais le reste fonctionne très bien, la musique de Jean-Louis Aubert est même étonnamment inspirée. Et tant pis si l’on frôle parfois le film d’intérêt public car l’humour (parfois noir) vient immédiatement tempérer cette impression. A boire...euh à voir !

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Publicité

bandeau auto editionlight

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Occitanie : l’état des lieux du livre et de la littérature

Occitanie : l’état des lieux du livre et de la littérature

Publication : vendredi 24 février 2017 15:32

Par Manon Bricard - Quelle est la place du livre en Occitanie ? Deux agences régionales du livre, le Languedoc-Roussillon livre et lecture basée à Montpellier ainsi que le Centre Régional des Lettres Midi-Pyrénées, ont regroupé leurs données pour répondre à cette question. Elles comptent ainsi montrer comment se positionne la filière du livre dans la nouvelle région, afin de l’aider à orienter sa politique en faveur du livre et de la littérature.  

Vakia Stavrou : les turpitudes et les bonheurs de la vie

Vakia Stavrou : les turpitudes et les bonheurs de la vie

Publication : vendredi 24 février 2017 15:46

Par Nicolas Vidal - Vakia Stavrou est chypriote. Cet album Alasia (qui signifie «image de Chypre ») est un projet mélancolique qui aborde toutes les turpitudes et les bons moments de la vie : l’amour, la tristesse, la séparation ou encore l’espoir.  

Les Derniers Parisiens : un portrait de la faune de Paname

Les Derniers Parisiens : un portrait de la faune de Paname

Publication : vendredi 24 février 2017 09:16

De Florence Yeremian - Nasser travaille chez son grand frère Areski dans un bar de Clichy. Mis aux arrêts pour une sale histoire, il vient de passer vingt-quatre mois en prison et a décidé de refaire sa vie. À l'occasion d'une rencontre, il se lance dans l'organisation de soirées DJ persuadé de pouvoir y trouver une échappatoire à sa morne existence. La tête pleine d'espérance mais le cœur candide, il part à la conquête des nuits parisiennes...

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Dernière minute

Publicité

promotiondemonlivrecarrehead

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Syma Mobile

SYMA JAN07

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer