BSC News

 

 

 

           

Servi par une construction psychologique et une interprétation d’une grande qualité, ce drame étouffant réussit à cultiver un côté à la fois mystérieux et émouvant tout le long du film.

L’argument : Un groupe d’amis étudiants passe des vacances dans une vaste demeure au bord de la mer Caspienne. Sepideh, qui s’est occupée de l’organisation, a décidé d’inviter Elly, en espérant que celle-ci ne soit pas indifférente au charme de son ami Ahmad, qui sort tout juste d’une rupture. Les vacances se passent dans la bonne humeur, jusqu’à la soudaine disparition d’Elly...

Notre avis : Par une sorte de paradoxe savoureux, les arts sont toujours fascinés devant ce à quoi ils n’ont pas accès ; et sauf très rare exception, le cinéma ne place jamais totalement le spectateur « dans » la peau des personnages, la caméra nous laissant en dernière instance sur le bas-côté, face à une figure et une psyché humaines qui semblent impénétrables. Ce mystère est au cœur d’A propos d’Elly : comment deviner la vérité des sentiments et des pensées, derrière les sourires polis et les attentions d’une jeune institutrice de Téhéran, amenée comme « pièce rapportée » dans un solide groupe d’amis sûrs d’eux et à la répartie facile ? Et comment reconstituer cette vérité, si la jeune femme en question n’est plus là ? C’est une expérience psychologique subtile que mène Asghar Farhadi, avec un tact minutieusement calculé. Son mérite est d’avoir transformé cette virée entre amis, eux-mêmes partis pour s’échapper de la ville et respirer une grande bouffée de frais au large, en étrange huis-clos à l’air libre, où l’on se sent opprimé et sur le point de suffoquer. Que cet étouffement soit littéral - les scènes de sauvetage à la nage, filmées nerveusement, avec une caméra à demi-immergée, - ou métaphorique - les mêmes cris, les mêmes engueulades se répètent inlassablement avec la violence d’un coup de marteau -, il confère au métrage une densité insoupçonnée au regard de sa trame réduite. Le temps d’un week-end à peine, on ne visite qu’une poignée de lieux choisis où les personnages tournent en rond, semblent lancer leurs angoisses dans le vide, et se heurtent les uns aux autres sans résultant plus probant que de se blesser eux-mêmes.
L’autre grande force du film réside dans la palette d’acteurs pris au piège du scénario et de la caméra de Farhadi. Placée au centre de l’intrigue et de la troupe, Golsifteh Farahani reste la plus troublante, et sa capacité d’osciller entre plusieurs registres est à la hauteur de la complexité de son personnage. C’est elle qui apporte toute son humanité à un univers dont la tension finit par devenir un peu désespérante, et où l’on ne badine ni avec les engagements, ni avec les valeurs - l’honneur, la fidélité... -. Même si le propos du réalisateur ne se réclame pas directement d’une portée sociale, A propos d’Elly dresse aussi le constat neutre et désabusé d’un simple état de faits dans les relations entre les hommes et les femmes, lorsque celles-ci deviennent des cartes que l’on choisit de jouer ou de laisser de côté, selon l’exigence du moment. On peut regretter que le film revête au bout d’un moment un aspect un peu « linéaire », où l’enchaînement artificiel des événements et des révélations se fait plus lourdement sentir qu’au début. Mais le réalisateur place précisément au centre de son œuvre une belle promesse, celle d’ouvrir à l’un de ses personnages - la fameuse Elly du titre - un espace de liberté et de secret, qui ne sera pas totalement investi par le spectateur. Et quoi de plus rassurant qu’une éclaircie - aussi ténue soit-elle - de mystère et de bonheur ?

Camille Lugan

Cette critique vous est proposée en partenariat avec A voir A lire

  • Site officiel du film - http://www.aproposdelly-lefilm.com
  • Avec - Taraneh Alidousti - Golshifteh Farahani - Shahab Hosseini ...Plus
  • Genre - Drame
  • Nationalité - Iranien
  • Date de sortie 09 septembre 2009
  •  

    Dernière minute

    Idées de cadeaux

    WEB Lucky Luke Cuisine 300x300 V1

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    Abonnez-vous au Tabloïd !

     

    A LA UNE

    Alfredo Rodriguez : un jazz cubain attaché à l'ouverture

    Alfredo Rodriguez : un jazz cubain attaché à l'ouverture

    Publication : vendredi 9 décembre 2016 08:39

    Par Nicolas Vidal - Tocororo est le nouvel album d’Alfredo Rodriguez, pianiste et compositeur cubain, installé à Los Angeles. Son nouvel album évoque l’oiseau national de Cuba, Tocororo qui prend son envol pour partir à la découverte d’autres cultures et d’autres identités. C’est en substance le projet musical d’Alfredo Rodriguez qui a, pour l’occasion, convié entre autres Ibrahim Maalouf et Richard Bona pour porter ce message. (Crédit photos : Anna Webber )

    Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

    Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

    Publication : jeudi 8 décembre 2016 09:10

    Par Nicolas Vidal - Né pendant la guerre civile au Liban, Jorj A. Mhaya a découvert le pouvoir précieux du dessin. D’abord peintre, puis caricaturiste, illustrateur de presse, il s’est ensuite épanoui dans la bande dessinée. Aujourd’hui, Jorj A Mhaya fait paraître «Ville Avoisinant la terre» (Edition Denoël Graphic), une histoire puissante, fantasmagorique et sensible exprimée comme une parabole de la condition humaine dans un Beyrouth dévasté et fantasmé. Brillant.

    Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

    Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

    Publication : mercredi 7 décembre 2016 14:17

    Par Nicolas Vidal - La librairie Sauramps connaît une situation très préoccupante concernant sa survie. Depuis quelques jours,  des informations inquiétantes se propagent dans les rues de Montpellier et plus précisément dans l’éco-système culturel de la capitale languedocienne. Le groupe Sauramps serait-il menacé de fermeture imminente d’ici le début de l’année 2017 ?

    Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

    Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

    Publication : mercredi 7 décembre 2016 08:43

    Par Nicolas Vidal - Suivez Benjamin Decoin, photographe, dans un voyage passionnant dans l’un des pays les plus hermétiques et fermés de la planète. Le travail de Benjamin Decoin est une passionnante découverte sociologique et géographique au pays de la dynastie des Kim. Antoine Bondaz apporte, pour sa part, son expertise géo-politique de ce pays et des craintes qu’il suscite auprès de la communauté internationale notamment sur sa stratégie nucléaire.

    Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

    Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

    Publication : mardi 6 décembre 2016 18:21

    Par Nicolas Vidal - Suite à la rencontre de Salvador Duran et de Sergio Mendoza de Calexico et son big band ORKESTA MENDOZA est né l’explosif Vamos a Guarachar !

    Abonnez-vous à la newsletter

    Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR