Et nous revoilà sur la route vers une direction que l’on nous décrit comme une petite ville ; entre 80 000 et 300 000 mille habitants avec tous les alentours… « Une petite ville, vous dites ? »

La route est vraiment belle, avec un départ traversant le St Laurent pour rejoindre une immense double voie qui nous fait traverser de grandes étendues planes avant de nous faire entrer dans une foret de pins toute aussi impressionnante. La végétation diminue doucement au fil des derniers kilomètres, quelques maisons pointent le bout de leur nez puis une ville apparaît sur notre droite, posée sur une colline : Sherbrooke.

La ville est différente de celles que nous avons vues jusqu'à présent. Plus intime, plus authentique ; elle ferait un peu penser a une ville industrielle française dans le style, mais sans les industries…

Le concert :

Un grand moment de musique, le rêve totale, la cerise sur le gâteau…

Malheureusement, la musique finie avec une batterie cassée, le rêve s’avère moins féerique que prévu et la cerise est d’un goût amère.

L’accueil est sympathique, l’endroit a tout pour plaire (vraiment belle petite scène), mais rapidement il semblerait que personne ne soit au courant de notre arrivée… étrange.

La situation est légèrement délicate mais le patron du bar décide de nous faire jouer, faute d’avoir un groupe local avec nous, en première partie … du traditionnel karaoke du mercredi.

Déçus mais toujours partant pour une date, nous nous installons rapidement, enchaînons les balances sur le concert puis sur le rangement et sur notre retour direction Montréal dans la foulée. Il est 23h.

Retour difficile, la fatigue et les émotions du soir jouant sur le moral ; mais notre joie reviendra en voyant Montréal de nuit, entièrement illuminée.

Il est 1h30.

Recherche active de quoi manger, dans différents quartiers aux alentours de l’auberge ou nous passerons la nuit (auberge alternative : repère de tout bon voyageur en vadrouille). Derniers mètres pour atteindre notre dortoir, entre ronflements de voyageurs exténues, fêtards tout juste sortis de la douche salvatrice.

Il est sans doute pas loin de 3h.

Demain après midi nous jouerons dans cette auberge pour payer notre nuit et jouerons le soir au bar St Laurent 2…

Prochain rendez vous de l’autre cote de la frontière a New York ou Baltimore si les douaniers nous laisse passer la « border »…

Abonnez-vous au Tabloïd !