Voilà une bande dessinée superbe: on y cotoie Martin, le pianiste-poète fasciné par les volutes de sa cigarette, Jeanne, la strip-teaseuse bouleversante et Frognard, le patron aux bottes secrètes qui pleure au son des marches martiales.

"Avec un petit peu d'alcool, tout devient magique. La lumière et la fumée, ça lustre tout. ça efface la misère, les magouilles et la radinerie de Monsieur Frognard"

Little things mean a lot, chanson préférée de la belle Jeanne, aurait pu être le titre de cette épopée au coeur de la vie nocturne. On suit la fuite en catimini de Jeanne et Martin, tête pleine de bonheur fugace dans la confortable D.S volée à leur patron. Jusqu'au bout de leurs cauchemars qui explosent et s'accumulent , jusqu'au bout du chemin qui mène à Sainte-Mariette. Les héros sont condamnés perdus dans ce graphisme au noir accentué, où la couleur qui s'ose n'en ressort que plus cru. Les silhouettes sont prépondérantes aux détails, les identités s'effacent derrière les jeux d'ombres et on apprécie le trait choisi pour marquer les émotions. Toujours plus fortes.


Topless est une ode à la nuit, cette nuit qui transfigure notre regard porté sur le monde et arrache l'homme à sa si vile trivialité.

 

Julie Cadilhac

RETROUVEZ JULIE CADILHAC SUR SON BLOG ET DÉCOUVREZ SES CHRONIQUES INÉDITES ET TOUT AUSSI DÉCALÉES

http://ecriturechromatique.over-blog.com/

 

Abonnez-vous au Tabloïd !