MYRIAM CHIROUSSE - MIEL ET VIN - EDITIONS BUCHET CHASTEL
 
 
Un gentilhomme à quatre pattes, un Homme en Noir, une Hélène enfuie au lendemain de ses noces, le seigneur d'un lieu sinistre, des brebis et du foin, des inventions loufoques, un narrateur embryonnaire, des poings grelottants, un Charles bien né mal né, des automates....

"Dans le cadre de la fenêtre, la Dordogne s'écoula tout l'après-midi, étincelante et majestueuse, dans le sens contraire au trot des chevaux".
Bercé par une narration vive, l'impression immédiate d'embrasser le Temps et de traverser, à l'arrière d'une voiture aux chevaux étourdis de liberté future, les instables années qui ont précédé 1789. Là où tout se percute, s'embrase, s'éteint, se concurrence: Lumière et Ombre obstinément.

Ce roman, à l'image de l'enfant maudit responsable du malheur des gens à Vaillac, est effrayant... parce que dès les premières pages, vous êtes aspiré, incapable de lâcher son emprise, médusé par l'écriture fluide de Myriam Chirousse.
Dès l'incipit, un "je", qui veux vivre à tout prix, accroche le lecteur, capte toute son attention et édifie sa ferme intention d'avoir la réponse à cette mystérieuse entrée en matière. Qui est cet enfant? Qui est sa mère? Quels malheurs l'ont conduite dans " cette rue battue par la pluie" ?
Les mots, délicieusement juste,portent immédiatement le récit dans l'époque pré-révolutionnaire. Le parfum du Malin hante les pages, l'obscurantisme sévit, les superstitions étreignent les protagonistes et les font agir cruellement.
Ballotté au dessus de la géographie d'un coin du Périgord, entre le château du vieux comte de l'Eperay et celui du domaine de Castelroux, les pieds dans une montgolfière et la tête dans les nuages, on assiste avec une vive curiosité aux prémisses d'une rencontre amoureuse fulgurante.
A trois ans les orteils perdus dans les hautes herbes d'un champ, Judith surgit dans les "pattes" de Guillaume de Salérac. Et en grandissant, cette espiègle petite rousse, entend bien mener sa vie à tambour battant. Aussi lorsqu'Amour vient percer son coeur d'une flèche douloureuse, sa personnalité flamboyante ne peut s'éprendre que d'un homme tout aussi passionné qu'elle.
L'écriture, fougueuse, sauvage, pleine de rebondissements, se consume, métaphore de l'attraction dangereuse entre Charles de l'Eperay et Judith de Monterlant.
Qu'adviendra-t-il de ces deux amoureux à l'orée d'une révolution tout aussi brûlante que leurs âmes consumées? L'Histoire les séparera-t-elle? Y survivront-ils?

Eh bien, qu'attendez-vous? Filez chez votre libraire! Commandez en ligne! Ou si la malchance a fait de vous des adhérents au parti du Tiers Etat, roturiers que vous êtes, implorez la chance de laisser choir quelque menue monnaie sur le trottoir pour savoir la suite ou enquerrez-vous de vos mécènes culturels, prétendants à votre main et suppliez qu'on vous l'offre!
Vous ne serez pas déçu!
Tous devraient s'entendre à apprécier ce roman et même ceux qui goûtent moins aux thèmes amoureux auront de quoi se satisfaire avec le talent de la plume ( touche, bic?) de Myriam Chirousse. Et pour les dissidents à mon argumentaire, pas de pitié!
S'il en est pour jouer les critiqueurs mesquins, QU'ON LEUR COUPE LA TETE....non mais!
"Ils se figèrent comme deux animaux qui se croisent au coin d'un bois, se toisent, se respirent, se mordent déjà du bout des yeux pour savoir lequel de l'autre deviendra le maître. Lui en bas des marches, le regard aussi fixe que celui des statues, aussi noir que les nuits sans lune. Elle tout en haut, prise par la lave, en train de perdre l'usage du langage et de toutes les pensées qu'elle avait eues jusqu'alors, ne sachant plus que les palpitations de sa poitrine au bord de l'étoffe.
Il était midi. Les cloches sonnèrent. Les portes de la chapelle s'ouvrirent en grand et la foule les submergea comme un raz-de-marée."


Julie Cadilhac

Abonnez-vous au Tabloïd !