BSC News

 

 

 

           

« Comment voit-on le monde quand on a treize ans et qu’on est déporté à Auschwitz ? A l’âge de l’apparition du désir et du plaisir d’explorer le monde, on vous enferme et on vous force à côtoyer la mort, sans cesse.
Quand, autour de soi, rien n’est digne d’un homme, comment fait-on pour devenir humain ? Le pire n’est pas la mort, c’est l’humiliation, qui constitue la déshumanisation suprême. Alors, comment fait-on pour devenir humain quand même ? »

Thomas Gève n’avait que treize ans lorsqu’il arriva au camp d’extermination d’Auschwitz, avec pour seul tort celui d’être juif…
La dictature nazie de l’époque entendait n’épargner personne. En effet, les enfants de moins de 15 ans étaient normalement envoyés directement à la chambre à gaz…
Pourtant, cet enfant fut l’un des rares à survivre à l’horreur du système concentrationnaire. Malgré son jeune âge, il fut jugé apte au travail, ce qui le sauva.
Ce n’est que 22 mois plus tard qu’il retrouva la liberté.

Doté d’une incroyable force de caractère et d’une imagination débordante, Thomas Gève a su défier la souffrance – aussi bien psychique que physique - en se réfugiant dans son désir d’observer, de comprendre, d’apprendre, et en dessinant l’horreur, la souffrance, la privation, la cruauté qui l’entouraient en permanence.
Ses 79 dessins en couleur, de la taille d’une carte postale, constituent un témoignage historique précieux des divers aspects de la réalité quotidienne dans les camps d’Auschwitz, de Gross-Rosen et de Buchenwald.
C’est au moment de la libération du camp de Buchenwald, en avril 1945, qu’il réalisa chacun d’eux, au dos de formulaires de l’administration SS. Son seul désir, alors, était de raconter à son père émigré à Londres, non pas l’enfer personnel qu’il avait vécu, mais la réalité douloureuse de la politique nazie dont le but était d’ôter à chaque détenu la moindre parcelle d’humanité.
Un regard d’enfant, innocent et bouleversant, sur un monde d’adultes manquant cruellement – au sens propre comme au figuré – d’humanité.

Cet ouvrage présente ces dessins un à un, assortis des commentaires de l’auteur Thomas Geve.
On y découvre les divers aspects de la vie au sein d’un camp d’extermination : le moment de la sélection, la désinfection, l’appel quotidien, les rations de nourriture, le détail d’un jour de semaine à Auschwitz, les maladies au camp, le travail, les chambres à gaz, le sport punitif, les fonctions des SS, la faim, l’évacuation, des paroles de chants, les plans (appris par cœur) de différents des camps, les différents insignes et tatouages, la libération…
Aux traits de dessins enfantins viennent s’associer un sens de l’histoire et une précision déroutantes.

« Trouver un petit supplément de nourriture était une obsession. Nous étions entourés des ombres squelettiques qu’étaient devenus les détenus tellement amaigris. De minces épluchures de pommes de terre laissées par quelqu’un, du chou pourri récupéré dans une poubelle des cuisines, du pain moisi qu’un absent avait caché, de la nourriture crue pour animaux trouvée dans les mangeoires des chevaux, tout cela était un festin. »

Alors que cette année 2009 célèbre le cinquantième anniversaire de la Déclaration des droits de l’enfant et le vingtième anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant, le recueil de Thomas Geve mérite une attention toute particulière.

Thomas Geve a aujourd’hui 78 ans et vit en Israël. Des reproductions de ses dessins sont visibles au Mémorial de Buchenwald. Les originaux, quant à eux, ont été confiés par l’auteur au Musée des Beaux-Arts de Yad Vashem, à Jérusalem.

Mélina Hoffmann
Il n'y a pas d'enfants ici
Thomas Geve, Préface de Boris Cyrulnik
Jean-Claude Gawsewitch Editeur

Dernière minute

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Publicité

bandeau auto editionlight

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Tournée générale : l'enthousiasme musical et franchouillard

Tournée générale : l'enthousiasme musical et franchouillard

Publication : samedi 3 décembre 2016 10:00

Par Nicolas Vidal - Passez un petit moment musical avec Tournée Générale. Le nom du groupe est sans équivoque.

Franz Bartelt : cinquante nuances de Guy

Franz Bartelt : cinquante nuances de Guy

Publication : vendredi 2 décembre 2016 09:51

Par Marc Emile Baronheid - Un maître-queux sybarite propose cette salve époustouflante de nouvelles mitonnées dans la volupté, servies avec un accompagnement carnassier.

Myrddin : le mélange jazz & flamenco belge

Myrddin : le mélange jazz & flamenco belge

Publication : vendredi 2 décembre 2016 09:38

Par Nicolas Vidal  - Du beau et bon Flamenco distillé par Myrdinn qui mérite une écoute attentive et passionnée. Le titre de l’album «Rosa de Papel» est également une chanson de cet album sur le poème de Federico Garcia Lorca.

Elodie Poux : le syndrome du Playmobil qui fait du bien 

Elodie Poux : le syndrome du Playmobil qui fait du bien 

Publication : jeudi 1 décembre 2016 09:45

Par Mélina Hoffmann - Pétillante, énergique, cynique, délicieusement déjantée, subtilement provocante, peste juste ce qu’il faut : Elodie Poux a surtout un style bien à elle et un grain de folie totalement assumé qui fait un bien fou.

Loïc Fontaine : #NoFilter, entre humour noir et rire jaune

Loïc Fontaine : #NoFilter, entre humour noir et rire jaune

Publication : mercredi 30 novembre 2016 08:31

Par Mélina Hoffmann - Vous cherchez un spectacle où ne surtout pas emmener vos enfants ? Alors vous êtes au bon endroit ! 3 minutes suffisent à comprendre le pourquoi du titre : #nofilter. Mais ça aurait tout aussi bien pu être #nolimit, car Loïc Fontaine n’a absolument aucun tabou et il n’édulcore rien.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR