BSC News

 

 

 

           

M’sieur Schuller se trouve dans l’entourage musical de Grizzly Bear, Radiohead, et d’une myriade de groupes (la plupart américains) qui concilient avec brio électro, folk et mélodies pop. Les uns se reposant sur de solides bases électro, d’autres sur un piano omniprésent… Evenfall repose lui sur une électro très légère, très subtile, qu’on distingue parfois à peine, et sur un piano-fil d’Ariane. Oui, un piano-fil d’Ariane.
En effet, il est très facile de se perdre complètement dans chaque des 10 chansons que contient l’album. Evenfall est un de ces disques où dès que je ferme les yeux, je me retrouve ailleurs ; et plus la chanson dure longtemps, plus je m’éloigne. La musique n’est pas hypnotique, mais le résultat est le même : pour peu que j’y sois enclin, ça ne manque pas. “Votre corps est détendu, de plus en détendu…”. Et à la fin du disque, c’est comme après une sieste : on a pas vu le temps passer, on se sent beaucoup mieux, les idées de nouveau en place. Ce disque a un effet thérapeutique. Sérieusement !
“Morning Mist”, “Open Organ”, “The Border”… On est très souvent dans le splendide, mais jamais le “splendide chiant”. Vous savez exactement ce que je veux dire : on s’est tous retrouvés un jour face à une oeuvre d’art dont on a conscience de la splendeur… mais bon sang ce que c’est chiant à regarder ou à écouter. Rien ne se passe, aucune émotion. C’est pas du tout le cas avec la musique de Sébastien Schuller. Certes, il n’y a pas de “tube”, de single évident, de chanson qui vous retourne complètement (même si j’étais à la limite avec “New York”, un morceau instrumental qui me met des frissons partout à chaque écoute), l’album dans son intégralité est magique.
Sébastien Schuller est un véritable orfèvre musical. Je suis toujours impressionnée par les artistes qui arrivent à produire une musique avec une orchestration pareille en étant tout seul, ou presque. Cette dernière, les vagues d’émotion qu’elle provoque, me fait penser à une des seules choses récupérables - parfois - chez Coldplay. Chez les Anglais, les mélodies sous influences pop sont souvent très belles, mais très largement gâchées par tout un tas de choses qui ne méritent pas plus de mots. Schuller ne tombe dans aucun piège. C’est réussi et beau du début à la fin.
J’ai envie de lui reprocher un manque de “lâchage de chevaux”, si j’ose dire. Il y a des moments où ça pourrait aller beaucoup plus haut, mais Sébastien Schuller freine souvent à ce moment-là. C’est assez frustrant sur quelques chansons. Mais pour vous dire la vérité, je n’ai trouvé que ça pour essayer de contrebalancer un petit peu tous les compliments d’au-dessus. Ce disque a vraiment très peu de défauts.


Sortie : 25 mai 2009

Myspace : http://www.myspace.com/sebastienschuller

Eddie Williamson

Dernière minute

Idées de cadeaux

WEB Lucky Luke Cuisine 300x300 V1

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

A LA UNE

Alfredo Rodriguez : un jazz cubain attaché à l'ouverture

Alfredo Rodriguez : un jazz cubain attaché à l'ouverture

Publication : vendredi 9 décembre 2016 08:39

Par Nicolas Vidal - Tocororo est le nouvel album d’Alfredo Rodriguez, pianiste et compositeur cubain, installé à Los Angeles. Son nouvel album évoque l’oiseau national de Cuba, Tocororo qui prend son envol pour partir à la découverte d’autres cultures et d’autres identités. C’est en substance le projet musical d’Alfredo Rodriguez qui a, pour l’occasion, convié entre autres Ibrahim Maalouf et Richard Bona pour porter ce message. (Crédit photos : Anna Webber )

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Publication : jeudi 8 décembre 2016 09:10

Par Nicolas Vidal - Né pendant la guerre civile au Liban, Jorj A. Mhaya a découvert le pouvoir précieux du dessin. D’abord peintre, puis caricaturiste, illustrateur de presse, il s’est ensuite épanoui dans la bande dessinée. Aujourd’hui, Jorj A Mhaya fait paraître «Ville Avoisinant la terre» (Edition Denoël Graphic), une histoire puissante, fantasmagorique et sensible exprimée comme une parabole de la condition humaine dans un Beyrouth dévasté et fantasmé. Brillant.

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Publication : mercredi 7 décembre 2016 14:17

Par Nicolas Vidal - La librairie Sauramps connaît une situation très préoccupante concernant sa survie. Depuis quelques jours,  des informations inquiétantes se propagent dans les rues de Montpellier et plus précisément dans l’éco-système culturel de la capitale languedocienne. Le groupe Sauramps serait-il menacé de fermeture imminente d’ici le début de l’année 2017 ?

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Publication : mercredi 7 décembre 2016 08:43

Par Nicolas Vidal - Suivez Benjamin Decoin, photographe, dans un voyage passionnant dans l’un des pays les plus hermétiques et fermés de la planète. Le travail de Benjamin Decoin est une passionnante découverte sociologique et géographique au pays de la dynastie des Kim. Antoine Bondaz apporte, pour sa part, son expertise géo-politique de ce pays et des craintes qu’il suscite auprès de la communauté internationale notamment sur sa stratégie nucléaire.

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Publication : mardi 6 décembre 2016 18:21

Par Nicolas Vidal - Suite à la rencontre de Salvador Duran et de Sergio Mendoza de Calexico et son big band ORKESTA MENDOZA est né l’explosif Vamos a Guarachar !

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR