BSC News

 

 

 

           

Dylan avait eu la confirmation avec Bringing It All Back Home que sa folk rock (entendez par là folk électrique, supposément opposée à la folk traditionnelle) avait trouvé son public. Il est en effet accompagné sur la face A de ce disque d’un groupe de rock dans les règles de l’art, ce qui avait mis en rogne une partie de son public et suscité une certaine polémique (le fameux “Judas !” hurlé lors d’un de ses concerts). Difficile de savoir si ça l’a contrarié ou encouragé dans sa démarche et à vrai dire, ça n’a pas vraiment d’intérêt. Bringing It All Back Home connaît un grand succès aux Etats-Unis et en Angleterre, et Dylan va logiquement continuer dans la voix folk rock qu’il vient d’ouvrir, sans contraintes de la part de producteurs ennuyeux, en toute liberté (la Highway 61 étant d’ailleurs une célèbre route passant par Duluth, sa ville natale, et symbole de liberté). Il va concentrer sa rage, son ironie acerbe, son humour cynique et son imagination fertile dans la rédaction d’histoires à l’imagerie surréaliste et sombre, notamment pour “Ballad of a Thin Man”, et avec plus de violence pour “Highway 61 Revisited”.
Dans Highway 61 Revisited Dylan se détache de l’image de revendicateur ou de protestataire qu’il traîne depuis “Blowin’ in the Wind” (écrite à 20 ans, j’vous le rappelle - d’ailleurs il n’a que 24 ans quand sort Highway 61). Les paroles sont plus étranges, pleines de références littéraires, pleines d’un cynisme froid, de métaphores hilarantes. Il y a bien sûr des chansons moins “politiquement sensibles” si on peut dire, et donc un peu moins éclatantes, inspirantes et jouissives que les autres, mais toujours très belles et inspirées. “Queen Jane Approximately” et “Just Like Thumb’s Blues”, dont j’ai commencé à comprendre le sens qu’en allant lire des bouquins de décorticage de paroles. Pour comprendre précisément ce que veut dire Bob Dylan dans ses paroles, c’est un sacré boulot. Il y a toujours des références que je ne comprends pas, et c’est pas faute d’avoir essayé.
Musicalement, “Like a Rolling Stone” a tout changé. Avec ce titre, un folkeux devient une star gigantesque, une icône populaire gigantesque. Avec ce titre de plus de 6 minutes, Dylan explose le format “moins de 3 minutes” des singles. Ce titre est une claque monstrueuse dans la tronche de tout le monde. Pendant 6 minutes l’intensité ne descend pas d’un chouïa, avec un Dylan plus brutal et urgent que jamais. L’enregistrement de la chanson en lui-même était, selon les mots d’Al Kooper, organiste pour l’occasion (il ne savait quasiment pas en jouer et s’est retrouvé là par hasard), “complètement désorganisé, complètement punk”. Aucune note n’était écrite, “c’est juste arrivé”.
Brutal, garage, complexe, faussement poétique, Highway 61 Revisited redéfinit les codes de la musique populaire, met au point le folk-rock, explose les conventions et instaure Bob Dylan comme l’une des plus grandes stars de la musique, à seulement 24 ans. C’est le chef-d’oeuvre du bonhomme et mon album préféré. Comme dit Al Kooper, “c’est juste arrivé” et ça a tout changé.

Sortie : 30 août 1965
Eddie Williamson

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Publicité

bandeau auto editionlight

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Les Derniers Parisiens : un portrait de la faune de Paname

Les Derniers Parisiens : un portrait de la faune de Paname

Publication : vendredi 24 février 2017 09:16

De Florence Yeremian - Nasser travaille chez son grand frère Areski dans un bar de Clichy. Mis aux arrêts pour une sale histoire, il vient de passer vingt-quatre mois en prison et a décidé de refaire sa vie. À l'occasion d'une rencontre, il se lance dans l'organisation de soirées DJ persuadé de pouvoir y trouver une échappatoire à sa morne existence. La tête pleine d'espérance mais le cœur candide, il part à la conquête des nuits parisiennes...

Les Emancipéés : le nouveau rendez-vous littéraire et musical à Vannes

Les Emancipéés : le nouveau rendez-vous littéraire et musical à Vannes

Publication : jeudi 23 février 2017 16:40

Par Manon Bricard - C’est une première à Vannes, dans l’ouest de la France. Les 10, 11 et 12 mars se tiendra la première édition des « Emancipéés », festival mêlant littérature et musique. Cet événement est un rassemblement d’écrivains, de musiciens, mais aussi de comédiens et de danseurs. Le point commun de ce programme éclectique, c’est le rassemblement d’artistes qui innovent, proposent des choses neuves et décalées. Le festival souhaite ainsi mettre en lumière des artistes qui explorent les frontières et les formes de l’art. Pour les organisateurs, « liberté » et émancipation (jusque dans l’orthographe du nom de l’événement) est le maître mot.

 Printemps des Comédiens : un pré-programme appétissant pour cette 31ème édition

Printemps des Comédiens : un pré-programme appétissant pour cette 31ème édition

Publication : jeudi 23 février 2017 14:23

Par Manon Bricard - Le Printemps des Comédiens fêtera son 31e anniversaire et propose pour l’occasion un avant-programme mariant différents pans de l’art vivant. Si les noms et les dates annoncés ne sont pas encore définitifs, le festival montpelliérain fait de belles promesses pour cette nouvelle édition, qui se déroulera du 30 mai au 1er juillet prochain.

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Dernière minute

Publicité

promotiondemonlivrecarrehead

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Syma Mobile

SYMA JAN07

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer