BSC News

 

 

 

           

C’est à l’occasion d’un visionnage du film de Marco Ferreri, les Contes de la Folie Ordinaire, que je me suis décidé à chroniquer le LA Woman des Doors. Car si Bukowski fut dans les années 60 et 70 le plus fameux clochard littéraire de la Cité des Anges, les Doors en furent le meilleur monstre de foire. Après six ans de pérégrinations au sein de la ville monstre et de rapports ambigus envers celle-ci, il apparaissait naturel que le quartette lui consacre un chapitre de son carrière. Malheureusement, en place d’un chapitre, ce sera un épilogue puisque trois mois après la sortie du disque, le roi fatigué Morisson sera condamné à mort à Paris pour avoir joué un peu trop les Icare. Une baignoire et quelques grammes d’héroïne en guise d’échafaud. Enregistré début 1971, le sixième LP du groupe connaît une réalisation saugrenue. Insatisfait des nouveaux titres, le producteur attitré depuis leurs premiers succès, Paul A. Rothchild, claque la porte au nouveau projet. Qu’à cela ne tienne, ils embauchent leur ingénieur du son, Bruce Botnick et installent un studio mobile de fortune dans les locaux d’Elektra Records, leur maison de disque sur le Strip Boulevard (les Beatles connurent pareille aventure deux années auparavant avec les sessions d’enregistrements au sein des locaux d’Apple pour l’album Get Back). Renforcés par deux musiciens de studio, Jerry Scheff et Marc Benno, et par des conditions d’enregistrements originales, les quatre compères font preuve d’une belle unité et d’une complicité retrouvée. «See me change» hurle Jim Morrison dès le premier titre The Changeling, comme pour ouvrir un nouveau départ. Il faut dire qu’en quatre ans de péripéties les plus folles (je vous recommande la lecture des livres de Jerry Hopkins sur les Doors), le groupe en a plus connu que certains en vingt ans de carrière. En revisitant ces racines et influences musicales en dix chansons, il nous est proposé enfin le disque de l’Ouest que l’on attendait de la part de ce groupe. Du solaire, du fougueux, sous un climat menaçant. Morrison n’a jamais aussi bien chanté, tel un vieux bluesman désabusé (Been Down so Long, Car Hiss by my Window), prêcheur des visions d’apocalypse (Riders on the Storm), conteur des folies américaines (L’America, The Wasp). Mais surtout il reste le grand pharaon de l’hymne ultime envers Los Angeles (LA Woman), sa ville, maîtresse des visions et faiseuse de prophètes. Jamais chanson n’aura autant si bien cerné la folie d’une cité. Aujourd’hui encore, on peut entendre sur Venice, Sunset Boulevard et le Whiskey A Go-Go les râles lointains de quatre cavaliers dans la tempête.
Alexandre Roussel

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR

Publicité

bandeau auto editionlight

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Occitanie : l’état des lieux du livre et de la littérature

Occitanie : l’état des lieux du livre et de la littérature

Publication : vendredi 24 février 2017 15:32

Par Manon Bricard - Quelle est la place du livre en Occitanie ? Deux agences régionales du livre, le Languedoc-Roussillon livre et lecture basée à Montpellier ainsi que le Centre Régional des Lettres Midi-Pyrénées, ont regroupé leurs données pour répondre à cette question. Elles comptent ainsi montrer comment se positionne la filière du livre dans la nouvelle région, afin de l’aider à orienter sa politique en faveur du livre et de la littérature.  

Vakia Stavrou : les turpitudes et les bonheurs de la vie

Vakia Stavrou : les turpitudes et les bonheurs de la vie

Publication : vendredi 24 février 2017 15:46

Par Nicolas Vidal - Vakia Stavrou est chypriote. Cet album Alasia (qui signifie «image de Chypre ») est un projet mélancolique qui aborde toutes les turpitudes et les bons moments de la vie : l’amour, la tristesse, la séparation ou encore l’espoir.  

Les Derniers Parisiens : un portrait de la faune de Paname

Les Derniers Parisiens : un portrait de la faune de Paname

Publication : vendredi 24 février 2017 09:16

De Florence Yeremian - Nasser travaille chez son grand frère Areski dans un bar de Clichy. Mis aux arrêts pour une sale histoire, il vient de passer vingt-quatre mois en prison et a décidé de refaire sa vie. À l'occasion d'une rencontre, il se lance dans l'organisation de soirées DJ persuadé de pouvoir y trouver une échappatoire à sa morne existence. La tête pleine d'espérance mais le cœur candide, il part à la conquête des nuits parisiennes...

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Dernière minute

Publicité

promotiondemonlivrecarrehead

PUB COESY 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Syma Mobile

SYMA JAN07

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer