BSC News

 

 

 

           

YES WE CAN

par Nicolas Vidal
Sur les plateaux de Canal +, lorsqu’il s’agit de ballon rond, les analyses et les statistiques sont reines et princesses d’infos qui se mordent la queue avec une obstination fascinante ; pourcentage de buts marqués entre le 8ème et la 17ème minute de la fesse droite ou gauche, récupération et possession du ballon sous forme de croquis interactif vert ou bleu, série de victoires ou de matchs nuls depuis les années 82 par temps de pluie ou de neige (et oui, cela a son importance, Monsieur!), proportion de buts de la tête, du pied droit, du tibia gauche ou du petit orteil.
Rien n’échappe à la fameuse palette de Philippe Doucet. Et quelle palette ! Une sorte de grande parade du football avec ces calculs savants et ces algorithmes terriblement compliqués, nécessaires voire capitaux à la compréhension d’un “match de ballon”. Les commentaires de nos spécialistes laissent ponctuellement la place pendant le match ( et défense absolue de rater les commentaires à la mi-temps, c’est le climax !) à des salves fournies de considérations mathématiques de toutes sortes pour comprendre clairement que le débordement de l’ailier qui loupe lamentablement son centre n’est en fait qu’une mauvaise appréciation de l’hypoténuse qui relie le banc de touche au poteau du gardien. Et cette action où l’avant-centre finit à quatre pattes derrière le ballon n’est ni plus ni moins que la méconnaissance du cosinus que forment les trois défenseurs lancés sauvagement à sa poursuite, prêts à le faucher pour corriger cette triste équation.
Mais récemment, nous avons connu un paroxysme lors de ce match flamboyant, mythique même, entre Lyon et Le Mans malheureusement éclipsé par les élections américaines ! Voilà que l’équipe Canal + attitrée des soirées de Ligue 1 a clairement expliqué pendant de longues minutes ce à quoi pouvait correspondre le coefficient de spectacularité ! J’ai eu beau chercher “spectacularité” dans le dictionnaire mais rien, introuvable, totalement absent entre spécimen et spectre ! Alors je me suis tourné vers “coefficient” et là, je cite “nombre qui multiplie la valeur d’une quantité”. Alors, posons, dès à présent, ces deux termes côte à côte et tentons de comprendre la démonstration de nos confrères “footeux” de Canal +. Peut-être qu’en divisant le nombre de spectateurs (n’oubliez pas de soustraire les invités, les journalistes, les femmes enceintes et les stewards), au nombre de joueurs gauchers ( Ne tenez pas compte des gardiens) et en additionnant à ce résultat, le nombre de joueurs enrhumés ou constipés ce soir-là et en multipliant tout cela par le nombre de contrôles de l’oreille, on doit parvenir grosso modo, au nombre magique du coefficient de spectacularité.
Je vous concède que commenter un match de Ligue 1 n’est pas forcément une partie de plaisir, mais meubler avec des concepts aussi avant-gardistes a quelque de chose de terriblement stupéfiant et de ...“spectaculaire”.
Et grâce à vous, Messieurs, nous pouvons encore rêver d’une Ligue 1, enorgueillie d’un coefficient de spectacularité bien en avance sur nos voisins européens et ce pour encore de longues années.
YES, WE CAN !
Par Nicolas Vidal

Dernière minute

Idées de cadeaux

WEB Lucky Luke Cuisine 300x300 V1

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

A LA UNE

Alfredo Rodriguez : un jazz cubain attaché à l'ouverture

Alfredo Rodriguez : un jazz cubain attaché à l'ouverture

Publication : vendredi 9 décembre 2016 08:39

Par Nicolas Vidal - Tocororo est le nouvel album d’Alfredo Rodriguez, pianiste et compositeur cubain, installé à Los Angeles. Son nouvel album évoque l’oiseau national de Cuba, Tocororo qui prend son envol pour partir à la découverte d’autres cultures et d’autres identités. C’est en substance le projet musical d’Alfredo Rodriguez qui a, pour l’occasion, convié entre autres Ibrahim Maalouf et Richard Bona pour porter ce message. (Crédit photos : Anna Webber )

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Jorj A Mhaya : une autre histoire de la condition humaine en BD

Publication : jeudi 8 décembre 2016 09:10

Par Nicolas Vidal - Né pendant la guerre civile au Liban, Jorj A. Mhaya a découvert le pouvoir précieux du dessin. D’abord peintre, puis caricaturiste, illustrateur de presse, il s’est ensuite épanoui dans la bande dessinée. Aujourd’hui, Jorj A Mhaya fait paraître «Ville Avoisinant la terre» (Edition Denoël Graphic), une histoire puissante, fantasmagorique et sensible exprimée comme une parabole de la condition humaine dans un Beyrouth dévasté et fantasmé. Brillant.

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Sauramps : "La librairie ne fermera pas" selon Jean-Marie Sevestre

Publication : mercredi 7 décembre 2016 14:17

Par Nicolas Vidal - La librairie Sauramps connaît une situation très préoccupante concernant sa survie. Depuis quelques jours,  des informations inquiétantes se propagent dans les rues de Montpellier et plus précisément dans l’éco-système culturel de la capitale languedocienne. Le groupe Sauramps serait-il menacé de fermeture imminente d’ici le début de l’année 2017 ?

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Corée du Nord : immersion au coeur du totalitarisme d'Etat

Publication : mercredi 7 décembre 2016 08:43

Par Nicolas Vidal - Suivez Benjamin Decoin, photographe, dans un voyage passionnant dans l’un des pays les plus hermétiques et fermés de la planète. Le travail de Benjamin Decoin est une passionnante découverte sociologique et géographique au pays de la dynastie des Kim. Antoine Bondaz apporte, pour sa part, son expertise géo-politique de ce pays et des craintes qu’il suscite auprès de la communauté internationale notamment sur sa stratégie nucléaire.

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Orkesta Mendoza : l'Arizona psychédélique et électronique

Publication : mardi 6 décembre 2016 18:21

Par Nicolas Vidal - Suite à la rencontre de Salvador Duran et de Sergio Mendoza de Calexico et son big band ORKESTA MENDOZA est né l’explosif Vamos a Guarachar !

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR