Par Mélina Hoffmann - BSCNEWS.FR / « Imaginez une seconde l’Afrique sans rhinocéros, l’Asie sans tigres, l’Australie sans ornithorynques ou l’Amérique latine sans jaguars. Ou bien encore l’Arctique sans ours polaires et un océan sans de gigantesques baleines bleues.
Un cauchemar.
Tout porte néanmoins à croire que ce mauvais rêve deviendra bientôt réalité. »

Les espèces animales et végétales n’ont jamais été autant malmenées qu’au cours des derniers siècles.
Outre le réchauffement climatique et la raréfaction des proies sauvages, l’expansion de la population, l’essor des activités humaines, ainsi que la quête perpétuelle de profit ont profondément altéré l’environnement et perturbé l’écosystème. La destruction d’habitats naturels, la pollution des milieux naturels et le braconnage sont autant de menaces qui planent sur de nombreuses espèces.

Consciente du danger qui guette et de l’urgence de la situation, la communauté internationale a déployé de nombreux moyens pour enrayer ce phénomène. Accords, protocoles, conventions… : une véritable course contre la montre est lancée. Et on comprend pourquoi lorsqu’on observe les derniers chiffres de la liste rouge de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature), qui a recensé pas moins de 16 000 espèces animales et végétales menacées d’extinction.
Le WWF, première organisation mondiale de protection de la nature, est en première ligne dans ce combat pour la protection des espèces menacées et de leurs habitats. Grâce à ses actions, ses nombreux projets, ses programmes d’éducation à l’environnement, ses campagnes d’information, mais aussi grâce à ses 4,7 millions de membres à travers le monde, de nombreuses espèces ont pu être sauvées et réintégrer leurs environnements d’origine.
Néanmoins, de nombreux animaux sont encore menacés d’extinction.

Cet ouvrage est la réunion des plumes de scientifiques du WWF, biologistes et consultants, experts en conservation des espèces, sous la direction de Fulco Pratesi, président du WWF Italie. Ils mettent en lumière cette tragique réalité.
En nous présentant plusieurs espèces menacées, et en nous aidant à mieux les connaître, à comprendre leurs comportements et leurs habitudes de vie, leur but est de nous sensibiliser, de nous alerter et de nous pousser à agir.
De nous dépend l’avenir de milliers d’espèces menacées. Pour certaines d’entre elles, il est déjà trop tard…

Les auteurs nous emmènent tour à tour en Europe, en Afrique, en Océanie, et dans les mers du monde, à la rencontre de ces espèces dont l’avenir est compromis.
A travers des textes instructifs et 368 photographies de toutes tailles, attendrissantes, surprenantes et magnifiques, nous les rencontrons une à une.
A commencer par l’ours brun, dont le poids passe de 500g à la naissance à plus de 300 kg à l’âge adulte ! Ce prédateur, à la fois craint et admiré, est victime du braconnage tandis que son cousin, l’ours blanc, l’un des plus grands carnivores terrestres, est menacé par le réchauffement climatique qui accélère dangereusement la fonte des glaciers.
« Compte tenu du rythme auquel le climat se réchauffe actuellement, les experts prévoient qu’à l’horizon 2080, toute la glace aura disparu de la baie d’Hudson, au Canada. Or, ce pays abrite soixante pour cent des vingt à vingt-cinq mille ours polaires présents dans le monde entier. »
Il y a aussi le lynx ibérique, qui est sans doute l’espèce la plus menacée à court terme avec moins de 200 individus au total. Outre le braconnage, c’est la raréfaction de sa proie favorite, le lapin de garenne, ainsi que la destruction et le morcellement de son territoire qui sont à l’origine du risque d’extinction qui plane sur cette espèce. C’est également le cas du loup d’abyssine, canidé le plus menacé au monde ; du jaguar, emblème du continent sud-américain, autrefois chassé pour sa peau qui servait à fabriquer des vêtements de luxe ; de l’ara à front rouge, très prisé par les collectionneurs qui n’hésitent pas à payer des sommes importantes pour la capture illégale de l’un de ces spécimens ; de l’éléphant d’Afrique, victime du commerce de l’ivoire, qui ne comptabilise plus que 473 000 individus, contre 1 300 000 dans les années 1970 ; du Koala, victime des incendies qui ravagent les forêts ; du Panda, emblème du WWF du fait de sa rareté ; du Condor de Californie qui doit son déclin à ses caractéristiques de reproduction. En effet, il atteint sa maturité sexuelle à six ans et ne pond qu’un œuf tous les deux ans. Difficile d’assurer la pérennité de l’espèce dans ces conditions.
Sans parler du loup, du gorille des montagnes, du bison américain, de la panthère des neiges, de la grue de Sibérie, du rhinocéros indien, du tigre de Sumatra, de l’Orang-outan de Bornéo, ni des baleines ou des 1200 espèces de requins connues.

A l’heure où le WWF célèbre ses 35 années d’engagement, cet ouvrage s’attache à nous sensibiliser sur la fragilité de l’équilibre naturel et à nous rappeler le rôle majeur que nous avons à jouer pour le préserver.
Un magnifique livre à la taille imposante et sur papier glacé, à offrir et à s’offrir, pour défendre une noble cause.
Animaux en péril
Collectif scientifique WWF
Editions White Star

Abonnez-vous au Tabloïd !