La première sélection du Médicis

Le rêve de Machiavel, Christophe Bataille (Grasset)
C’était notre terre, Mathieu Belezi (Albin Michel)
Là où les tigres sont chez eux, Jean-Marie Blas de Roblès (Zulma)
Un brillant avenir, Catherine Cusset (Gallimard)
Corniche Kennedy, Maylis de Kerangal (Verticales)
Une éducation libertine, Jean-Baptiste Del Amo (Gallimard)
Zone, Mathias Enard (Actes Sud)
Apnée, René Enhi (Christian Bourgois)
Ce que nous avons eu de meilleur, Jean-Paul Enthoven (Grasset)
La dent de renard, Lucette Finas (Gallimard)
La meilleure part des hommes, Tristan Garcia (Gallimard)
La plage de Trouville, Carole Hachache (Stock)
Disparition d’un chien, Catherine Lépront (Seuil)
La traversée du Mozambique par temps calme, Patrice Pluyette (Seuil)
Un chasseur de lions, Olivier Rolin (Seuil)
Le village de l’Allemand ou le journal des frères Schiller, Boualem Sansal (Gallimard)
L’ami de jeunesse, Antoine Sénanque (Grasset)

 

La première sélection du Femina

C’était notre terre, Mathieu Belezi (Albin Michel)
Gitane sans filtre, Gérard de Cortanze (Gallimard)
Où on va, papa ?, Jean-Louis Fournier (Stock)
L’année de l’éclipse, Philippe de la Genardière (Sabine Wespieser)
Un sauveur, Claude Habib (de Fallois)
Un traître, Dominique Jamet (Flammarion)
La beauté du monde, Michel Le Bris (Grasset)
Pour vous, Dominique Mainard (Joelle Losfeld)
Jour de souffrance, Catherine Millet (Flammarion)
Le voyage du fils, Olivier Poivre d’Arvor (Grasset)
La Guimard, Guy Scarpetta (Gallimard)
Un chapeau léopard, Anne Serre (Mercure de France)
Faux père, Philippe Vilain (Grasset)

 

 

La première sélection du Renaudot

Le marché des amants, Christine Angot (Le Seuil)
Une belle époque, Christian Authier (Stock)
Le silence de Mahomet, Salim Bachi (Gallimard)
Dessous c’est l’enfer, Claire Castillon (Fayard)
L’heure de la fermeture dans les jardins d’Occident, Bruno de Cessole (La Différence)
Les pieds dans l’eau, Benoît Duteurtre (Gallimard)
Ce que nous avons eu de meilleur, Jean-Paul Enthoven (Grasset)
Paradis conjugal, Alice Ferney (Albin Michel)
La meilleure part des hommes, Tristan Garcia (Gallimard)
La beauté du monde, Michel Le Bris (Grasset)
Le roi de Kahel, Tierno Monénembo (Le Seuil)
Le voyage du fils, Olivier Poivre d’Arvor (Grasset)
Un chasseur de lions, Olivier Rolin (Le Seuil)
Val de Grâce, Colombe Schneck (Stock)
Vacance au pays perdu, Philippe Ségur (Buchet-Chastel)

 

La première sélection du Goncourt

Le silence de Mahomet, Salim Bachi (Gallimard)
Le rêve de Machiavel, Christophe Bataille (Grasset)
C’était notre terre, Mathieu Belezi (Albin Michel)
Un brillant avenir, Catherine Cusset (Gallimard)
Une éducation libertine, Jean-Baptiste Del Amo (Gallimard)
Là où les tigres sont chez eux, Jean-Marie de Roblès (Zulmaà
Où on va, papa ?, Jean-Louis Fournier (Stock)
Qui touche à mon corps je le tue, Valentine Goby (Gallimard)
Une nuit à Pompéi, Alain Jaubert (Gallimard)
La beauté du monde, Michel le Bris (Grasset)
Jour de souffrance, Catherine Millet (Flammarion)
La traversée du Mozambique par temps calme, Patrice Pluyette (Seuil)
Syngué Sabour, Atig Rahimi (POL)
Un chasseur de lions, Olivier Rolin (Seuil)
La domination, Karine Tuil (Grasset)

 

 

LE BSC NEWS du mois

COuv BSCNEWS BRILLANTE JAN16

AU THÉÂTRE

AnnonceBCSJaoui300x300

Abonnez-vous au BSC NEWS

300X300 ABODEC2015

Publicité

PUB TOBIAS THOREY


 

 

 

Publicité

Syma Fevrier2016

A LA UNE

Pieter Aspe : les tribulations du commissaire Van In
Pieter Aspe : les tribulations du commissaire Van In
Publication : vendredi 5 février 2016 08:55

Par Marc Emile Baronheid - Si Brel avait connu l’univers des romans de Peter Aspe, il y aurait peut-être puisé matière à une autre chanson sur les Flamands. C’est que, chevillées au Plat Pays comme elles le sont, les tribulations du commissaire Van In et de sa pulpeuse amoureuse Hannelore, plongent le lecteur dans une truculence reconnaissable entre toutes.

Le bourgeois gentilhomme: une comédie-ballet… de qualité !
Le bourgeois gentilhomme: une comédie-ballet… de qualité !
Publication : jeudi 4 février 2016 18:44

Par Florence Yérémian - On ne se lasse jamais de regarder Monsieur Jourdain: siècle après siècle, ce drôle de bourgeois a si souvent été mis en scène qu’il semble faire partie de notre entourage. Poudré, enrubanné et burlesque à souhait, le voici aujourd’hui sur la scène du Théâtre Michel entouré, comme de coutume, de ses Maitres d’arme, de musique ou de philosophie.

Bd Music : Sarah Vaughan & Cabu
Bd Music : Sarah Vaughan & Cabu
Publication : jeudi 4 février 2016 07:35

Par Nicolas Vidal - Allez chiner du côté de Bd music qui vient de faire paraître 2 nouveaux opus de BD jazz composés d’une BD et de deux Cd. On se délectera, d’une part, de la discographie complète de Sarah Vaughan ou l’on retrouvera tous ses plus grands  titres sur deux CD incontournables.

Nicolas d’Estienne d’Orves : le dico d'un amoureux de Paris
Nicolas d’Estienne d’Orves : le dico d'un amoureux de Paris
Publication : mercredi 3 février 2016 08:13

Par Marc Emile Baronheid - A quoi bon une littérature hédoniste par temps de barbarie? Pour faire pièce à la violence, à l’aveuglement, pour réaffirmer que Paris n’a plus rien à prouver, sinon qu’elle demeure insubmersible,

Eddie Muller : la tradition des films noirs d'Hollywood
Eddie Muller : la tradition des films noirs d'Hollywood
Publication : lundi 1 février 2016 08:45

Par Marc Emile Baronheid - Jusqu’à la fin des années 1970, la plupart des films noirs, américains ou français, sont adaptés de livres publiés au sein de Rivages.

CINEMA

Steve Jobs : portrait en trois temps d’un visionnaire mégalomaniaque
Steve Jobs : portrait en trois temps d’un visionnaire mégalomaniaque
Publication : lundi 1 février 2016 08:27

Ce nouveau film consacré à Steve Jobs se focalise sur trois moments clef de sa vie : le lancement du Macintosh en 1984, celui du NeXTcube en 1988 (après son éviction de chez Apple) et la consécration de l’iMac en 98.

L'Odorat: un documentaire qui va vous chatouiller les narines
L'Odorat: un documentaire qui va vous chatouiller les narines
Publication : vendredi 29 janvier 2016 08:44

Par Florence Yérémian - Les odeurs représentent des perceptions particulières car elles sont intrusives et à l'essence même de nos émotions : sans qu'on s'y attende, elles peuvent nous surprendre au détour d'une rue ou nous replonger dans un passé lointain à la façon de la madeleine de Proust