BSC News

 

 

 

           

Ce titre évocateur de notre enfance est sans doute l'exclamation que nous entendons le plus au mois de septembre. Elle égale celle que nous retrouvons au mois de janvier : « c'est la nouvelle année ».
Entre « bonne rentrée » et « bonne année », le temps passe et se trouve rythmé par ces voeux que l'on se fait avant même de se dire bonjour.
Des similitudes sont à signaler entre ces deux périodes bien particulières. La première est cette odeur de « neuf ». Une nouvelle rentrée, une nouvelle année. La seconde est celle qui re-présente la somme colossale de bonnes résolutions. Elles Re-présentent, puisque chaque année, à chaque rentrée nous nous donnons de nouveaux défis.
Chaque rentrée a son lot de rituel(s). Tels des enfants marqués par nos rentrées scolaires, nous nous achetons un nouvel agenda qui égrainera une année qui reste malgré tout calquée sur le calendrier de nos années d'études (courtes ou longues), et nous nous précipitons sur les nouveautés de Septembre.
Nous parlerons plutôt de rentrées : littéraire, télévisuelle, cinématographique, politique, théâtrale, scolaire, universitaire, médiatique (presse écrite) etc.
Tout ceci a une senteur, celle de nos cartables.
Nous remplissons notre rentrée comme nous remplissions notre cartable avec une excitation enfantine. Nous sentons ces nouvelles « affaires ». Ne dit-on pas : « ça sent la rentrée ».
Une odeur particulière de re-nouveau, de rituels auxquels nous sommes attachés.

Une odeur de Livres


676 livres à « sentir » cette année. A un chiffre près, l'année aurait été diablement houleuse !
Deux avis se partagent cette année sur cette abondance de publications. L'un clame que c'est, de nouveau, l'affluence inutile, voire ridicule. L'autre, positive sur le choix donné aux lecteurs. Cette abondance tuerait-elle le livre ? Tous ces auteurs sont-ils talentueux ? La question se pose déjà alors que nous n'avons pas tout lu. L'autre question est de savoir quelle place nous donnons aujourd'hui à ce « livre » dans notre société.
A l'époque des balbutiements et de l' « invasion » d'internet, notre société avait prévue la mort du livre. Nous l'envisagions cloué au pilori pour l'éternité. Nous pleurions déjà cet « objet » mythique, cet ami fidèle que nous tenons dans nos mains, sacrifié sur l'autel du Dieu « virtuel ». Rien de tout cela ne s'est (encore) passé.
Le livre est là et sa profusion à chaque rentrée nous montre son existence, sa volonté d'être.
Il est certain que les libraires doivent trouver de la place, et parfois même, faire des choix lorsqu'ils ne peuvent pas les accueillir tous.

Une plus grande place aux romans

Cette année littéraire sera marquée par une place plus grande faite aux romans. La mode de l'auto-analyse est passée quelque peu. Le lecteur s'est sans doute lassé des méandres psychologiques, des fantasmes avoués, des vies parallèles étalées sur la place publique. Il est fort à parier que les auto-portraits et autres triturations narcissiques ne vont pas faire recette. Mais si vous appréciez cette littérature, il y a de quoi vous satisfaire avec Amanda Sthers, Keith Me (Ed. Stock), Catherine Millet, Jour de souffrance (Flammarion), Christine Angot, Le Marché des amants (Seuil) et pour finir, l'adaptation cinématographique de La possibilité d'une île par Michel Houellebecq. Pour ne citer que les plus en vue.
Ces histoires à demi « romanesques » montrent que le livre suit la mode de la société et de l'époque qui le font naître. En ces temps de « psychanalyse » (qui n'a pas son analyste ?), le livre traduit les préoccupations humaines. Il n'est donc pas étonnant de voir ce genre s'imposer dans les librairies.
Dans cette conjoncture, les romans à proprement parlé sont une bouffée d'oxygène.

Un conseil, un café et l'addition

La rentrée littéraire signifie également des conseils de lectures en pagaille, des émissions littéraires qui rivalisent d'entrevues avec les auteurs. En ce mois de septembre nous conseillerons une émission télévisée qui amène un brin de fraîcheur, de dynamisme et de naturel : Café Littéraire présenté par Daniel Picouly. Des rubriques, des entrevues et des questions qui sortent de l'ordinaire. Un « déformatage » bien senti.
Nous ne dérogerons pas à la règle.
Les conseils de lecture(s) sont gratuits.
Nous en avons quatre : Après Le Soleil des Scorta (Prix Goncourt 2004), Laurent Gaudé nous propose La Porte des Enfers (Éd. Actes Sud). Socrate aurait approuvé ce thème très philosophique en lançant « Philosopher c'est apprendre à mourir ». Le tout est d'apprivoiser les Enfers.
Autre lecture possible : Frédéric Ciriez, Des néons dans la mer (Ed. Verticales). Hasard ou choix délibéré de l'éditeur, le fait est qu'il faut « plonger » dans ce roman pour découvrir la chair dans tous ses états. Cette descente « verticale » vers le sous-marin le plus incroyable qui soit est une étrangeté à signaler.
Thomas Pynchon, Contre-Jour (Éd. Seuil). Cet écrivain américain est... comment dire... Un OVNI. Il est Non Identifié. Il ne donne aucune entrevue, personne ne sait à quoi il ressemble, mais il est l'un des auteurs américains les plus connus des États-Unis. Ce roman d'aventure décrit la fin du XIXème siècle. Chicago, Paris, New-York, Mexique, Europe, Asie. Des voyages, des personnages plus incroyables les uns que les autres, des syndicalistes, une famille, la confrérie des « Casse Cou »... Un roman comme il en existe peu, un voyage, des rires.
Et enfin, le nouvel Amélie Nothomb, Le fait du Prince (Éd. Albin Michel). Style incontesté, elle nous sert une histoire qui pourrait se résumer par « je est un autre ». Une « prise » d'identité qui arrange tout le monde... même la veuve. Un roman pour changer d'air.
Le café ? Je vous l'offre bien sûr !

S'il fallait conclure

Fort heureusement les publications ne s'arrêteront pas en ce joli mois. Notre magazine se chargera, comme à son habitude, de vous informer des dernières publications. Il vous parlera des auteurs à découvrir, des artistes, des maisons d'éditions qui travaillent pour votre seul bonheur,. Il vous présentera des entrevues bien menées, des rubriques très intéressantes. Il aura une pagination toujours aussi impeccable, des chroniqueurs très inspirés et... ah, il faut partir. Je crois que le Café est en train de fermer !



Sophie Sendra
Docteur en Philosophie
Spécialiste de la Conscience et de la Perception
Professeur à l'IMES.

Dernière minute

Abonnez-vous au Tabloïd !

 

Publicité

bandeau auto editionlight

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A LA UNE

Franz Bartelt : cinquante nuances de Guy

Franz Bartelt : cinquante nuances de Guy

Publication : vendredi 2 décembre 2016 09:51

Par Marc Emile Baronheid - Un maître-queux sybarite propose cette salve époustouflante de nouvelles mitonnées dans la volupté, servies avec un accompagnement carnassier.

Myrddin : le mélange jazz & flamenco belge

Myrddin : le mélange jazz & flamenco belge

Publication : vendredi 2 décembre 2016 09:38

Par Nicolas Vidal  - Du beau et bon Flamenco distillé par Myrdinn qui mérite une écoute attentive et passionnée. Le titre de l’album «Rosa de Papel» est également une chanson de cet album sur le poème de Federico Garcia Lorca.

Elodie Poux : le syndrome du Playmobil qui fait du bien 

Elodie Poux : le syndrome du Playmobil qui fait du bien 

Publication : jeudi 1 décembre 2016 09:45

Par Mélina Hoffmann - Pétillante, énergique, cynique, délicieusement déjantée, subtilement provocante, peste juste ce qu’il faut : Elodie Poux a surtout un style bien à elle et un grain de folie totalement assumé qui fait un bien fou.

Loïc Fontaine : #NoFilter, entre humour noir et rire jaune

Loïc Fontaine : #NoFilter, entre humour noir et rire jaune

Publication : mercredi 30 novembre 2016 08:31

Par Mélina Hoffmann - Vous cherchez un spectacle où ne surtout pas emmener vos enfants ? Alors vous êtes au bon endroit ! 3 minutes suffisent à comprendre le pourquoi du titre : #nofilter. Mais ça aurait tout aussi bien pu être #nolimit, car Loïc Fontaine n’a absolument aucun tabou et il n’édulcore rien.

Nicolas Otero : confessions d'un enragé en BD

Nicolas Otero : confessions d'un enragé en BD

Publication : mardi 29 novembre 2016 08:54

Par Boris Henry - Nicolas Otero signe un récit atypique, foisonnant et inégal, mais d’une énergie et d’une force rares. Prêts à vivre une expérience décoiffante ? Âgé de quatre ans, Liam se fait mordre au visage par un chat.

Abonnez-vous à la newsletter

Abonnez-vous à la newsletter d'actualités culturelles du BSCNEWS.FR