"Boliloc" de Philippe Genty

"Un 15 octobre..." de Florence Camoin

Boliloc
De Philippe Genty
Avec Christian Hecq, Scott Koehler, Alice Osborne


Rire, émotion, magie, cruauté, insolence… le spectacle commence de façon presque banale : un empilement de cartons bleus. Une femme surgit, sort de ces cartons des espèces de petits gnomes aux visages particulièrement humains… Il me semble que les visages me sont connus… Les gnomes s’animent et s’avèrent vraiment très indisciplinés… Plus tard, c’est magique, leurs visages deviennent encore plus humains et leur agilité incroyable.
Marionnettes, comédiens, poupées, on passe sans cesse de l’infiniment grand à l’infiniment petit. On traverse les univers comme par magie, de l’intérieur du corps humain aux constellations interplanétaires et on rit et on est transporté comme dans un conte de fées. Nos deux bonshommes sont comme deux frères ennemis qui s’adorent tellement qu’ils cherchent sans arrêt à s’entretuer dans un monde complètement dézingué. J’ai eu l’impression de retrouver nos jeux d’enfants impitoyables où nous martyrisions poupées et petits soldats qui renaissaient sans cesse : immortalité rassurante…


Théâtre du Rond-Point, salle Renaud-Barrault
Du 27 mai au 29 juin, 20h30


Un 15 octobre… les lettres brûlées de Delacroix
De Florence Camoin
Avec René Camoin, ex-sociétaire de la Comédie-Française, Anna Strelva, Benjamin Lefebvre


 

Un jeune peintre vient, pour chercher l'inspiration, se recueillir sur la tombe de Delacroix. Une magnifique vieille dame apparaît alors et dépose un impressionnant bouquet de fleurs devant la sépulture. Fasciné et intrigué, il décide de la suivre et ose l'aborder juste au moment où elle s'apprête à franchir le porche de son hôtel particulier. Amusée et surprise par ce jeune homme à la fois timide et plein de fougue, elle accepte de le recevoir et va lui dévoiler quelques épisodes de sa vie et surtout, son plus précieux secret. Delacroix va surgir de derrière un de ses tableaux, comme revenu des ombres du schéol, et faire écho aux paroles de la vieille dame, accompagné par la musique du très cher ami Chopin.
La pièce est inspirée par les lettres inédites de Joséphine de Forget, amante secrète de Delacroix, conservées aux archives du Val-de-Marne. Nous parcourons ainsi le XIXème siècle de manière originale, sous le regard critique de ces deux êtres passionnés aux destins exceptionnels.


Création festival off d’Avignon 2008
Espace Roseau, 8 rue Pétramale, du 10 juillet au 2 août, 11h30

Abonnez-vous au Tabloïd !